Des chercheurs ont créé FaceBit, un équivalent du bracelet connecté Fitbit qui se fixe sur un masque chirurgical, FFP ou en tissu. Il surveille les signes vitaux du porteur et le prévient lorsque le masque est mal ajusté ou doit être changé.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quels sont les meilleurs masques de protection contre les virus ? En temps de coronavirus comme en temps de grippe, il importe de se protéger pour sa propre sannull

Et si votre masque surveillait votre santé et vous alertait lorsqu'il est mal ajusté ou temps de le changer ? Des chercheurs de l’université Northwestern aux États-Unis ont mis au point un petit appareil qui se fixe sur n'importe quel masque pour le transformer en objet connecté. Ils ont publié les détails de leur invention dans la revue Proceedings of the ACM on Interactive, Mobile, Wearable and Ubiquitous Technologies.

Le FaceBit est un petit appareil contenant des capteurscapteurs, qui s'attache à l'intérieur du masque grâce à un aimantaimant. Il se synchronise avec un smartphone en Bluetooth à basse consommation (BLE) pour transmettre des informations en temps réel sur la santé de l'utilisateur et le port du masque.

Présentation du FaceBit, l’appareil qui transforme n’importe quel masque en objet connecté. © Université Northwestern

Un projet sous licence libre

L'appareil utilise la ballistocardiographie, autrement dit un capteur détecte les petits mouvementsmouvements du corps pour mesurer la fréquence cardiaque. Un capteur de températurecapteur de température permet de détecter la fréquence respiratoire. Enfin, un troisième capteur analyse les changements de pressionpression et repère ainsi les fuites d'airair. Il peut ensuite alerter l'utilisateur que le masque est mal ajusté ou défectueux, et le prévenir lorsqu'il est temps de changer de masque.

Le FaceBit est alimenté par une petite pile-bouton qui offre une autonomie de 11 jours. Toutefois, l'appareil peut fonctionner pendant des semaines grâce à de minuscules générateursgénérateurs électriques qui récoltent l’énergie cinétique, thermique et solaire. Les informations sur l'appareil ont été publiées sous licence libre, et les détails du projet sont disponibles sur le site FaceBit.Health. Les chercheurs espèrent ainsi que d'autres personnes pourront construire, valider et améliorer le FaceBit.