Comment expliquer que le chouchou de la Silicon Valley, l’homme qui a fait de ChatGPT un phénomène historique, ait pu être débarqué de son poste de P.-D.G. ? Décryptage d’un « Game of Thrones » rocambolesque.


au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    [EN VIDÉO] Découvrez le métier d'ingénieur en intelligence artificielle !

    Sam AltmanSam Altman est une véritable star de la Silicon Valley. C'est ce jeune homme apprécié de (presque) tous qui a, du jour au lendemain, imposé OpenAI et ChatGPTChatGPT comme des phénomènes historiques. Il y a encore quelques jours, Sam présidait une conférence des développeurs où il a annoncé des nouveautés majeures et acclamées.

    Comment est-il possible qu'un individu aussi charismatique, avec un parcours quasi exemplaire, ait pu être viré par le conseil d'administration ? Des explications s'imposent.

    Un conseil d’administration de six membres

    En premier lieu, le point à savoir c'est que le conseil d'administration de OpenAI n'est composé que de six membres :

    • Sam Altman ;
    • son collègue Greg Brockman ;
    • Ilya Sutskever, un informaticien pur et dur ;
    • trois autres individus dont Adam d'Angelo, fondateur de Quora.

    Lorsque l'on sait que Ilya Sutskever est à l'origine du putsch, l'affaire devient plus compréhensible : il lui a suffi de convaincre trois autres personnes pour obtenir un vote majoritaire et donc pouvoir débarquer Altman.

    Une dissension sur la philosophie d’entreprise

    La querelle qui a eu lieu ici porteporte sur un point essentiel : le futur de OpenAI et aussi de l'intelligence artificielle (IA). Au fil des années, une divergence majeure s'est fait sentir. OpenAI a démarré comme un projet doté d'une vocation quasi humanitaire de créer une intelligence artificielle au service des gens, et telle est la philosophie qu'a conservée Sutskever.

    Pourtant, une réalité s'est imposée : développer ChatGPT ou Dall-e, cela coûte énormément d'argentargent. De fait, Altman et Brockman ont fait entrer de grands acteurs dans le capital, à commencer par MicrosoftMicrosoft, qui a lâché des milliards de dollars sans compter.

    Et puis, il y a eu le lancement de ChatGPT fin novembre 2022. Du jour au lendemain, OpenAI a changé considérablement d'échelle, s'imposant comme le géant de l'IA, atteignant une valorisation de 90 milliards de dollars dans le cas d'une entrée en Bourse. Altman et Brockman se situaient à fond dans cette approche d'une société à même de rivaliser avec  GoogleGoogle et d'autres. Alors que Sutskever serait resté une sorte d'idéaliste de l'intelligence artificielle, pas du tout en phase avec cette approche « business ».

    Ainsi, Sutskever a su gagner trois autres membres du conseil à sa vision et le tour était joué.

    Microsoft n’avait pas été prévenu !

    Le point absolument sidérant est que Microsoft, l'investisseur n° 1 dans OpenAI, n'a été prévenu de l'annonce qu'une minute avant l'annonce officielle du licenciement de Altman. Secoué, Satya NadellaSatya Nadella qui préside Microsoft a bataillé durant le week-end afin que OpenAI réintègre Altman et Brockman - qui a donné sa démission dans la foulée. Las, Altman exigeait le départ de Sutskever et des trois autres membres l'ayant désavoué. Une P.-D.G. nommée par intérim a même soutenu ce plan.

    Sutskever et ses acolytes ont défendu leur position et ont finalement nommé Emmet Shear, co-fondateur de Twitch à la tête de OpenAI.

    Le coup de maître de Microsoft

    Microsoft était la première menacée et chacun guettait son cours de Bourse. Et c'est alors que Satya Nadella a réalisé un coup de maître en embauchant Sam Altman et Greg Brockman ! Et bien évidemment, les déçus de OpenAI, et ils sont nombreux à avoir laissé entendre qu'ils allaient quitter le navire, sont les bienvenus.

    Il ressort de l'opération que Microsoft est le grand gagnant de l'opération et que ChatGPT a été sauvé in extremis. Il est toutefois possible que bien des usagers annulent leur abonnement à ChatGPT pour préférer son équivalent Bing Chat et Microsoft ne va rien faire pour les en dissuader.