Le nuage de points révèle la structure et les secrets de fabrication de la cathédrale. © Andrew Tallon

Tech

La numérisation 3D au chevet de Notre-Dame de Paris

ActualitéClassé sous :image 3D , modélisation , architecture

Quand la reconstruction de la cathédrale sera actée, les architectes pourront se tourner vers des travaux de modélisation au laser d'un professeur américain, passionné d'architecture gothique. La précision est de cinq millimètres !

En flammes lundi soir, la cathédrale Notre-Dame de Paris a certes perdu les deux tiers de sa toiture et sa célèbre flèche, mais les murs, les piliers et les arcs-boutants ont résisté à l'incendie. Mais comment reconstruire à l'identique un ouvrage de 850 ans ? Comment tenir compte des modifications effectuées au fil des siècles ?

La solution pourrait venir des travaux de numérisation d'Andrew Tallon, un professeur d'art américain décédé en novembre 2018 à seulement 49 ans. Ce passionné d'architecture médiévale s'était rendu sur place au début de cette décennie dans le cadre du projet « Mapping Gothic », et il a utilisé des lasers pour numériser le moindre détail de la cathédrale.

Un milliard de points

Son but était de comprendre les secrets de fabrication de l'édifice et d'en voir notamment les modifications effectuées par les architectes, mais aussi les imperfections. Pour comprendre les choix des architectes et des maîtres d'œuvre, il lui fallait des mesures précises que seul un laser pouvait lui donner. Il l'a donc placé sur un trépied, et il a multiplié les mesures entre le scanner et les parois du bâtiment, et ce dans toutes les directions. C'est un travail de titan et de fourmi qui nécessite de se placer à l'intérieur et à l'extérieur de la cathédrale, et au total, Andrew Tallon a effectué des balayages depuis 50 endroits différents pour récolter un milliard de points avec une précision de cinq millimètres.

Assemblé, ce nuage de points révèle ainsi la structure même de la cathédrale et pour obtenir la 3D, Tallon a pris des clichés panoramiques des 50 endroits où il avait posé son laser. Il ne lui restait plus qu'à cartographier cette photographie sur les points générés par le laser et d'y associer la couleur du point à cet endroit de la photo.

Aujourd'hui, ces données sont stockées sur des disques durs dans les universités de Vassar et de Columbia. Comme pour les données des télescopes utilisées pour la première photo d'un trou noir, il faudra les acheminer en avion car le volume est trop important pour que le transfert s'effectue par Internet.

En 2015, Andrew Tallon avait expliqué à National Geographic sa méthode pour cartographier en 3D des cathédrales, comme celle de Washington. © National Geographic, YouTube

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi