Tech

Intel veut utiliser le corps pour transférer des données

ActualitéClassé sous :électronique , intel , Patrick Buah Jr.

Deux étudiants participant à un stage d'été chez Intel ont mis au point une interface tactile qui permet de transférer des données entre deux périphériques via une bague uniquement alimentée par l'énergie électromagnétique dégagée par le corps humain. Le système ne permet pour le moment de stocker que quelques octets, mais il ouvre des perspectives intéressantes pour l'interaction entre les objets connectés.

Système de communication par énergie corporelle mis au point par deux étudiants stagiaires d’Intel, qui se compose de deux capteurs tactiles reliés chacun à un PC portable et d’une bague qui collecte le signal électromagnétique transitant par le corps humain. Durant ses essais, l’équipe est parvenue à faire le copier-coller d’un fichier de quelques octets contenant une émoticône. © Intel

Utiliser le corps humain pour transférer des données entre deux ordinateurs, c'est ce qu'ont réussi à faire deux étudiants participant au programme de stage Intel Collaborators. D'une durée de trois mois à temps plein, celui-ci vise à former des équipes estudiantines pour « résoudre des problèmes techniques du monde réel ». En l'occurrence, Patrick Buah Jr. et Arsen Zoksimovski ont créé un dispositif qui permet de faire un copier-coller entre deux ordinateurs portables à l'aide d'une bague.

Pour cela, ils ont installé des capteurs tactiles sur les deux PC. Lorsque le porteur de la bague place son doigt sur le premier capteur, l'application lui propose de transférer. Il sélectionne le fichier désiré via l'explorateur Windows et celui-ci est alors transmis à la bague sous forme de signal électromagnétique, le corps jouant le rôle d'antenne et la bague de récepteur-transmetteur. L'utilisateur place ensuite son doigt sur le capteur tactile du second PC portable, sélectionne l'option « récupération » et le fichier est instantanément copié.

Deux étudiants stagiaires chez Intel ont mis au point un système de transfert de données via les ondes électromagnétiques du corps à l’aide d’une bague et de capteurs tactiles placés sur deux PC portables. On voit ici le prototype, sur cette image tirée d'une vidéo : les ordinateurs sont équipés de petites antennes plates capables de lire et d'écrire sur la mémoire incluse dans la bague portée au doigt et posée dessus. © Intel

Un signal proprement digital

La bague n'étant pas alimentée par une batterie, l'expérimentation s'est faite avec un fichier de seulement quelques octets contenant une émoticône. Mais les deux étudiants ont d'ores et déjà validé d'autres usages. Par exemple, la possibilité de récupérer des coordonnées GPS d'une application de cartographie et de les transférer à un appareil de navigation en le touchant. Ou encore, de pouvoir stocker sur la bague l'identifiant d'un fichier puis de simplement toucher une imprimante compatible pour obtenir une sortie papier.

Un framework logiciel et une API ont également été développés pour pouvoir exploiter le procédé avec diverses applications. Le gros du travail a porté sur l'analyse des ondes électromagnétiques et la manière de gérer les interférences provoquées par leur passage dans le corps humain. L'objectif était d'obtenir un signal suffisamment stable pour pouvoir lire, copier, stocker puis transmettre les données via un périphérique qui ne soit alimenté que par cette énergie électromagnétique.

« Il nous a fallu régler le circuit électrique à l'aide de condensateurs et d'inducteurs, de manière à réduire la perte de signal au minimum et obtenir une connexion la plus stable possible pour pouvoir transférer les données. Cela devait s'effectuer rapidement pour que vous n'ayez pas à maintenir votre doigt sur le capteur tactile plus d'une seconde », expliquent Patrick Buah Jr. et Arsen Zoksimovski dans le communiqué publié par Intel. Ils entrevoient deux débouchés possibles pour leur invention. Intégré à des objets connectés ou des vêtements intelligents, ce type de protocole de communication pourrait permettre de créer un réseau dont le corps humain serait le canal. Divers objets connectés communiqueraient entre eux par le biais des ondes électromagnétique sans alimentation externe. La deuxième possibilité est celle d'un objet ou vêtement connecté qui interagit avec un terminal tiers de type ordinateur, imprimante, smartphone, écran, etc. Une communication pourrait même se faire entre deux personnes se touchant afin d'échanger des données. Intel n'a toutefois pas évoqué de projet concret basé sur cette technologie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi