Inspiré du poisson rémora, un drone aquatique et aérien est équipé d'un système de ventouse. © Alekss, Adobe Stock
Tech

Ce drone peut aller sous l'eau et dans les airs

ActualitéClassé sous :drone , mer , drone marin

Complètement étanche, ce drone dispose d'un ensemble d'hélices auto-pliables qui se rétractent lorsqu'elles sont utilisées à des vitesses inférieures sous l'eau. Il sait aussi économiser son énergie grâce à un système de ventouse inspiré d'un poisson.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Ce bateau-drone surveille les barrages  Non, ce bateau télécommandé n’est pas un jouet. On le voit ici en action sur le bassin de retenue du barrage de Saint-Égrève, dans l’Isère. Équipé d’un sondeur bathymétrique, il sonde la profondeur et permet de surveiller la capacité de stockage de la retenue. Avec sa petite taille, il est devenu indispensable et, au besoin, il peut naviguer de manière autonome. 

Voici un drone capable d'évoluer sous l'eau à la façon d'un sous-marin et pouvant en sortir en un clin d'œil pour voler, c'est le meilleur de ces deux mondes que le laboratoire de biomécanique et de robotique douce de l'université de Beihang de Pékin (BUAA) est parvenu à combiner. Le quadricoptère de ce labo spécialisé en aéronautique et astronautique est complètement étanche et ses rotors disposent d'hélices rétractables. Elles se déploient totalement pour voler, et sous l'eau elles se rétractent pour former un système de propulsion sous-marin. Pour ressortir de l'eau, elles s'ouvrent progressivement mais suffisamment rapidement pour que l'appareil puisse s'extraire de l'eau et décoller en seulement un tiers de seconde, selon les chercheurs. Lors de leurs tests, les scientifiques ont répété l'opération d'immersion-décollage sept fois consécutives en seulement 20 secondes. En plus de cette prouesse, le drone sait aussi optimiser l'autonomie de sa batterie.

Le drone aquatique et aérien sait s’extraire de son bain en un tiers de seconde. © BUAA

S’agripper à un autre poisson pour économiser la batterie

C'est encore une fois en utilisant le biomimétisme que cette amélioration a été réalisée. Les concepteurs se sont inspirés du rémora fuselé. Le poisson dispose d'une surface similaire à des petites ventouses qui lui permettent de s'accrocher à un poisson hôte pour se faire transporter et économiser de l'énergie. Le drone, lui aussi est équipé sur le dos d'une sorte de disque qui par un système de ventouse peut adhérer à de nombreuses surfaces, même rugueuses. Avec cet accessoire, le drone peut se trouver un hôte sous-marin qui ne serait pas effrayé par ses rotors ou son allure. De façon plus plausible, ce procédé pourrait permettre au drone de s'agripper à une surface pour rester en position d'observation de façon stationnaire. L'énergie serait dédiée au fonctionnement des capteurs et de la caméra. La même chose pourrait être réalisée en l'air sur un bâtiment, ou par exemple en haut d'un mât.

En ce moment, recevez le Mag Futura gratuitement en souscrivant à nos abonnements !

Saviez-vous que vous pouviez avoir accès à Futura sans publicités via nos abonnements ?
En ce moment, vous pouvez découvrir cet avantage avec notre offre spéciale : souscrivez à l'abonnement "Je participe à la vie de Futura" (pour une durée de 3 mois minimum) et recevez le Mag Futura chez vous* (d'une valeur de 19 €) ! 

*L'envoi du Mag Futura se fait après le troisième mois d'inscription.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !