« Le goulot d'une bouteille de champagne se comporte un peu comme la tuyèretuyère d'un réacteur de fusée », raconte Gérard Liger-Belair, chercheur à l'université de Reims (France). En filmant à très haute vitessevitesse -- quelque 12.000 images par seconde, soit 500 fois plus que ce que l'œilœil humain peut discerner -- le débouchage de bouteilles de champagne, lui et son équipe ont en effet mis en évidence des disques de Mach.

Le disque de Mach bien visible sur ces images. © Equipe Effervescence, CNRS, Université de Reims
Le disque de Mach bien visible sur ces images. © Equipe Effervescence, CNRS, Université de Reims

Ces ondes de choc transverses apparaissent lorsque la différence de pressionpression entre les gazgaz soufflés par la tuyère d'un réacteur et l'airair ambiant dépasse un certain seuil. Et dans les expériences des chercheurs français, elles surviennent environ 500 µs après le débouchage d'une bouteille de champagne. L'onde de choc progresse ensuite dans le sillage du jet supersonique des gaz qui se détend brutalement, avant de s'évanouir quelques centaines de microsecondes plus tard, lorsque la vitesse d'éjectionvitesse d'éjection redevient subsonique.