Êta Aquarides : observez les débris de la comète de Halley cette nuit

Classé sous :essaim de météores , pluie d'étoiles filantes , essaim d'étoiles filantes

C'est au cours de cette nuit du 6 au 7 mai que la pluie d'étoiles filantes des Êta Aquarides culmine. Comme son nom ne l'indique pas, chacun des minuscules grains que vous pourrez surprendre bruler dans la haute atmosphère provient de la plus célèbre de toutes les comètes : 1P/Halley, la première dans l'histoire dont la périodicité a été démontrée, d'où le 1P devant le nom de son découvreur Sir Edmund Halley.

Chaque année, la Terre croise sur son orbite ces torrents de particules entre le 19 avril et le 28 mai. Chacune de ces poussières fend notre atmosphère à une vitesse moyenne de 66 km/s. Au maximum de son activité, prévu pour ce 6 mai, une vingtaine de météores par heure peuvent être observés avec des pointes à 30 météores. Comme toujours, pour bien profiter du spectacle, choisissez un lieu éloigné de toutes pollutions lumineuses. La Lune sera absente une grande partie de la nuit cette année, de quoi nous offrir plus d'opportunités d'admirer des étoiles filantes rapides dans une obscurité qui convient.

Position du radiant des Eta Aquarides. © SkySafari

L'essaim météoritique doit son nom à la position de son radiant à proximité de l'étoile Eta Aquarii, dans le Verseau. C'est quand la constellation prend de la hauteur que la pluie d'étoiles filantes devient plus prometteuse. Mais malheureusement pour nous, dans l'hémisphère nord, le Verseau ne s'élève pas beaucoup au-dessus de l'horizon. Ce sont ainsi les spectateurs de l'hémisphère sud qui en profitent le plus.

Un gros astéroïde fonçant sur l'Europe n'a pas pu être dévié…

Les Êta Aquarides sont ce qui reste des derniers passages à proximité de notre Soleil de la légendaire comète de Halley. © NSSDC, Nasa
Pour en savoir plus

Les Eta Aquarides en 2020

Article de Nathalie Mayer publié le 5 mai 2020

Après avoir traversé l'essaim d’étoiles filantes des Lyrides il y a quelques jours, notre Terre voyage actuellement parmi les débris laissés par la comète de Halley. L'occasion d'admirer le spectacle des Êta Aquarides. Une pluie d'étoiles filantes qui doit son nom à une étoile de la constellation du Verseau (Aquarius) située à quelque 170 années-lumière de la Terre.

Les Êta Aquarides sont visibles du 19 avril au 28 mai. Mais leur pic d'activité se jouera dans la nuit du 5 au 6 mai 2020. Avec possiblement jusqu'à 40 étoiles filantes à observer par heure. De préférence dans les heures qui précèderont l'aube, du côté de l'est. D'autant qu'alors, la Lune sera basse dans le ciel.

Car la mauvaise nouvelle, c'est que la Lune sera elle aussi au rendez-vous. Avec une Pleine Lune ce 7 mai, la lumière renvoyée par notre satellite naturel pourrait bien gâcher le spectacle.

Le meilleur endroit pour observer les Êta Aquarides reste l'hémisphère sud. Là où ces étoiles filantes monteront le plus haut au-dessus de l'horizon.


La pluie d'étoiles filantes des Êta Aquarides

Article de Xavier Demeersman, publié le 06/05/2019

Étoile filante dans le ciel du Japon, le 28 avril 2019. © Kouji Ohnishi, Spaceweather

Il n'est pas trop tard pour surprendre les météores des Êta Aquarides dans le ciel ! Cette pluie d'étoiles filantes assaille la Terre entre le 19 avril et le 28 mai, avec un pic d'activité entre le 4 et le 6 mai. Pour en savoir plus, voir article-ci-dessous.


Étoiles filantes : ne manquez pas les Êta Aquarides !

Article de Xavier Demeersman, publié le 04/05/2019

Moins connues que les Perséides estivales ou les Géminides en décembre, les Êta Aquarides sont pourtant l'une des plus belles pluies d’étoiles filantes de l’année. On peut surprendre plusieurs d'entre elles fendre le ciel de leur éclat lumineux les nuits entre le 19 avril et le 28 mai. Mais le meilleur moment pour en observer un maximum -- pic d'activité --, c'est maintenant, autour du 6 mai. Et cette année, nous sommes plutôt gâtés, car en effet ce week-end, il n'y aura point de Lune pour nous gêner (la nouvelle Lune est le 4 mai). C'est surtout en fin de nuit, deux à trois heures avant l'aube, que les météores sont les plus nombreux. Il peut alors en pleuvoir 25 à 30 par heure, voire plus, plongeant tous dans l'atmosphère à une vitesse moyenne de 66 km/h. Des spécialistes prévoient que l'activité de l'essaim météoritique culmine en 2019 entre le 4 et le 6 mai. Ce qui tombe bien, c'est le week-end. Réglez vos réveils !

Le radiant de l'essaim météoritique des Êta Aquarides est proche de la jarre dans la constellation du Verseau (Aquarius). C'est dans cette direction, deux à trois heures avant le lever du Soleil, que vous pourrez voir le plus d'étoiles filantes ce week-end. En l'absence de la Lune, et dans un site dénué de pollution lumineuse, les conditions sont optimales pour les observer, sous réserve de la météo. © SkySafari

Le radiant de l'essaim météoritique des Êta Aquarides est proche de la jarre dans la constellation du Verseau (Aquarius). C'est dans cette direction, deux à trois heures avant le lever du Soleil, que vous pourrez voir le plus d'étoiles filantes ce week-end. En l'absence de la Lune, et dans un site dénué de pollution lumineuse, les conditions sont optimales pour les observer, sous réserve de la météo. © SkySafari

L'origine de ces météores sont les débris laissés par la fameuse comète de Halley lors de ses passages dans les parages de la Terre il y a plusieurs siècles. La pluie d’étoiles filantes doit son nom à la proximité de son radiant d'Eta Aquarii, une étoile de la constellation du Verseau, située à environ 170 années-lumière de nous. Bonne observation !