Starlink : les satellites de SpaceX gâchent une pluie d'étoiles filantes et agacent les astronomes

Classé sous :SpaceX , starlink , constellation Starlink

Une pluie d’étoiles filantes. C'est le spectacle merveilleux que nous promettait la nature pour la nuit du 21 au 22 novembre dernier. Mais une nouvelle fois, les satellites de la constellation Starlink sont venus jouer les trouble-fêtes.

Les caméras du Global Meteor Network (La Palma - Espagne) ont bien capturé la pluie d'étoiles filantes annoncée. Mais également, le passage de dizaines de satellites Starlink, bien plus lumineux que les alpha Monocerotides recherchés.

Rappelons qu'il y a quelques semaines, les satellites de Starlink avaient déjà fait polémiques. Alors que SpaceX annonçait son projet de monter à 42.000 le nombre de composantes de sa constellation, des experts de l'activité spatiale s'inquiétaient des risques d'encombrement de l'orbite basse et en conséquence, des risques de collisions.

La semaine dernière, ce sont les astronomes du monde entier qui confirmaient les craintes déjà exprimées par le passé. Sur les réseaux sociaux, notamment, ils montaient au créneau. Ils publaient des images qui témoignent du photo bombing des satellites Starlink. Alors même qu'un peu plus de 100 seulement de ces engins ont été mis en orbite à ce jour.

Le travail de deux astronomes a été ruiné par de multiples passages de satellites Starlink — les points constituants les lignes sur l’image. © Cliff Johnson et Clara Martínez-Vázquez, DELVE Survey

Le problème, c'est que ces petits satellites de télécommunication -- destinés à rendre le haut débit internet accessible à tous -- sont extrêmement brillants. Leur surface reflète la lumière du Soleil. Et cela impacte les observations réalisées par les télescopes au sol. Certaines images en deviennent même inutilisables.

Les astronomes demandent à SpaceX d'arrêter les mises en orbite jusqu'à ce que les satellites aient été rendus moins réfléchissants.

À peine plus de 100 satellites Starlink lancés — sur les quelques 42.000 programmés — et déjà des problèmes se posent pour les astronomes. © SpaceX