Sciences

Spirit au sommet de Husband !

ActualitéClassé sous :Univers , planète mars , Spirit

-

Plus de 27 mois après son atterrissage à l'intérieur de Gusev, un cratère d'impact d'un diamètre d'environ 165 km et probablement formé il y a trois à quatre milliards d'années quand un astéroïde géant s'est écrasé au sud de l'équateur de Mars, le rover Spirit (mission MER de la NASA) a atteint un des deux sommets de la colline Husband la plus haute de la chaîne de collines Columbia.

Comparaison de la hauteur de la colline Husband sur Mars et de la Statue de la Liberté. La colline Husband culmine à 82 mètres (269 pieds) tandis que la Statue de la Liberté mesure 93 mètres (305 pieds).

Situé à plus de 80 mètres de hauteur, le rover a maintenant une vue dégagée des environs. On observe sans mal au loin les parois internes du cratère Gusev et un cratère qui se trouve dans Gusev. Des affleurements roches sont également visibles, mais ce qui intéresse les scientifiques c'est une petite région située à près de 1 km et nommée 'Home Plate'. Il s'agit d'une zone étrangement lumineuse apparaissant comme un plateau entouré d'un rempart plus clair. Peut-être qu'il s'agit des restes d'un dépôt de sel, consécutif à l'évaporation du lac qui occupait ce cratère il y a bien longtemps ?

D'ici là, le rover va rester au sommet plusieurs jours, voire quelque semaines pour prendre le temps de réaliser un panorama très précis et sans aucun doute exceptionnel. Des analyses du terrain et des rochers sont également prévues (spectromètres et image microscopiques).

Tout comme sur Terre, prendre de la hauteur présente certains intérêts scientifiques. D'une part l'on a une vue dégagée des environs ce qui permet de se faire une idée du contexte dans lequel a évoluer la région. Mais surtout, il s'agit de rechercher de nouveaux types de matériel. En effet, collines et montagnes peuvent se former par une accumulation de matériaux qui se présente sous la forme de couches successives.

Mais, dans le cas de Spirit, il y a un autre intérêt, celui de pouvoir capter plus facilement les rayons du Soleil. A mesure que l'on s'enfonce dans l'hiver martien, la quantité d'énergie solaire tend à se réduire constamment car le Soleil est très bas dans le ciel. Les ingénieurs du JPL usent de toutes leur connaissance du terrain et du rover pour incliner autant faire ce que peut les panneaux solaires vers le Soleil.

Spirit, quelle performance !

Quand on pense que le rover a été conçu pour une mission de 90 sols martiens et parcourir 600 m, on se rend bien compte de la performance du rover pour gravir cet 'Everest'. Depuis le début de sa mission, il y a 27 mois, le rover a parcouru plus de 5 km. Cette longévité s'explique en partie par la qualité des équipements de Spirit qui résistent mieux que prévu aux contraintes du climat martien, par le soin que prennent les ingénieurs du JPL à tracer sa route mais surtout par les incessants Dust devils, ces tourbillons de sable qui surviennent ici et là et dont les vents qui les accompagnent débarrassent littéralement le rover des poussières qui s'accumulent notamment sur ses panneaux solaires.

Gravir cette colline n'a pas été facile car le terrain ne s'y prêtait guère. Par endroit, les roues du rover creusaient un sillon assez profond pour le faire glisser et tomber dedans. La poussière, très présente par endroit, pouvait faire craindre le pire. Mais la colline étant très exposé aux vents, les particules qui pouvaient se déposer sur le rover était balayé sans cesse.

Enfin, si la montée a été difficile, la descente le sera d'autant plus que les ingénieurs du JPL n'ont aucune expérience de cette phase de la conduite du rover. Si plus d'une année aura été nécessaire pour la gravir, Spirit devrait mettre quelque 150 jours pour redescendre.

Cela peut paraître long mais plusieurs arrêts seront observés, en raison de l'intérêt scientifique que ne manqueront pas de soulever certaines roches que le rover sera amené à croiser sur sa route et surtout identifier le meilleur chemin de façon à ce que Spirit ne craint pas de se retrouver sur un chemin trop pentu ou difficile d'accès car ne l'oublions pas, une roue du rover est toujours endommagée.

Tout au long de la descente (en direction du sud) les scientifiques voudront savoir si les roches sont inclinées au sud dans la descente. Jusqu'ici les pierres et roches sont en grande partie inclinées vers le nord. Cela peut nous fournir des indices intéressants au sujet de la structure de cet ensemble de collines et, dans une moindre mesure, de leur évolution.

Cela vous intéressera aussi