Après avoir réussi à collecter des échantillons de sol de l'astéroïde Itokawa (voir notre actualité  ), la sonde japonaise Hayabusa connait quelques problèmes qui pourraient compromettre son retour vers la Terre.
Cela vous intéressera aussi

Dans une conférence de presse, un porte-parole de la Jaxa (Agence spatiale japonaiseAgence spatiale japonaise) a annoncé que certains propulseurspropulseurs de la sonde refusaient de fonctionner, sans que la cause de cette panne puisse encore être clairement identifiée.

Hayabusa est équipée de deux types de propulseurs: un moteur ioniquemoteur ionique assurant sa navigation à travers le Système solaireSystème solaire, et deux groupes redondants de six moteurs à réaction classiques pour le contrôle d'attitude, le groupe A et le groupe B. Ce sont aussi ces derniers qui assuraient les manoeuvres d'atterrissage et de décollage depuis la surface d'Itokawa, et qui doivent encore orienter la sonde durant son retour.

La télémesure indique que la pressionpression est correcte dans le groupe A et que les valves sont ouvertes. Bien que les systèmes d'injection soient internes au vaisseau et recouverts d'isolantisolant thermique, leur température semble être descendue à -30°C, ce qui a pu faire geler le carburant. Un ou plusieurs moteurs formant le groupe B semblent également en panne, pour une raison qui peut être différente.

Suivant la Jaxa, si le gelgel du carburant était bien la cause de la panne du groupe A, une augmentation du chauffage de la sonde pourrait résoudre le problème. Mais cette manoeuvre présente des risques si la cause est ailleurs.

Il serait aussi possible de stabiliser la sonde par spinspin (mise en rotation) pour déterminer la trajectoire de retour, HayabusaHayabusa acceptant cette commande, mais les techniciens auraient alors besoin d'une connaissance exacte et rapide du résultat des commandes, ces renseignements ne pouvant être fournis de manière fiable que par l'intermédiaire de l'antenne de 70 mètres du réseau Deep Space NetworkDeep Space Network de Goldstone, en Californie. Mais celle-ci est actuellement réservée aux communications avec Cassini et les sondes Voyager et il n'est pas certain qu'elle puisse être libérée à temps.

Le programme de retour prévoit un départ durant la première moitié du mois de décembre. Si Hayabusa devait quitter l'environnement d'Itokawa durant la deuxième quinzaine du mois, l'angle de rentrée atmosphérique au-dessus de l'Australie provoquerait un échauffement supérieur à la limite de sécurité ce qui compromettrait les chances de récupération. Enfin, une deuxième fenêtrefenêtre de retour est exploitable en 2008-2009, mais les techniciens craignent que les batteries de la sonde ne puissent fonctionner correctement jusqu'à cette date.