Sciences

Un Russe autour de la Lune dès 2012 ?

ActualitéClassé sous :Univers , Roscosmos , RKK Energia

Roscosmos, l'Agence spatiale russe et la firme russe RKK Energia ont profité du Salon aéronautique et spatial de Farnborough pour annoncer, d'une part, un survol habité de la Lune dès 2012 et d'autre part, la construction d'une antenne dédiée à l'étude de l'espace.

Vue d'artiste d'un système de transport lunaire construit autour d'une capsule Soyouz et de modules européens, un module vie et un module dit technique : - Un module Columbus modifié de façon à permettre de rejoindre la capsule (module vie) - Un module A

Un Russe autour de la Lune dès 2012 ?

RKK Energia projette de survoler la Lune en 2012 au moyen d'une capsule Soyouz modernisée, soit près de 8 ans avant les Américains ! Petite parenthèse pour vous signaler que la NASA n'a pas fait grand bruit pour signifier que le retour de l'homme sur la Lune ne se ferait pas en 2018 comme initialement prévu dans son projet d'exploration du Système Solaire mais au mieux en 2020. Cette nouvelle date est apparue dans les communiqués officiels lors du 'baptême' de ses deux prochains lanceurs lourds (Ares I et Ares V).

Le profil de mission retenu par RKK Energia prévoit l'envoi d'un équipage de 3 personnes. Le lancement vers la Lune ne se fera pas directement depuis la Terre. Le voyage vers la Lune passera par la Station spatiale internationale. Un Soyouz modernisé s'arrimera à la Station Spatiale Internationale (ISS) pour permettre aux cosmonautes de se préparer à leur mission. Dans un second temps, un Proton placera en orbite terrestre le booster DM produit par RKK Energia et doté d'un module d'habitation. Ce propulseur donnera l'impulsion nécessaire pour que le vaisseau spatial atteigne une vitesse suffisamment élevée pour atteindre l'orbite lunaire.

Le retour sur Terre se fera au moyen d'une capsule de rentrée atmosphérique modernisée. Les contraintes d'un retour lunaire ne sont pas les mêmes que lors de mission de retour d'équipage d'ISS. Un bouclier thermique plus performant sera nécessaire.

Une antenne de 12 mètres

L'Agence spatiale européenne et Roscosmos ont convenu de construire une antenne de 12 m de diamètre dédiée à l'étude de l'espace.

Aucune information n'est pour le moment disponible sur les sites web de l'ESA, d'Alcatel Alenia Space et de Finmeccanica (les 2 contractants pour la partie européenne). D'après RIA Novosti, Il s'agit de concevoir une antenne destinée à étudier les processus qui se déroulent dans l'espace interplanétaire et à transmettre ces informations sur Terre.

Cela vous intéressera aussi