Sciences

La Lune a connu une intense activité volcanique

ActualitéClassé sous :Univers , INA , structure d'Ina

Des dégagements de gaz ont été observés sur la Lune, indices d'une activité volcanique passée, annonce une équipe de scientifiques de l'université Brown (Providence, Rhode Island, Etats-Unis). Alors que tous considéraient que la Lune n'avait connu aucune éruption volcanique au cours des trois derniers millions d'années, de nouvelles observations viennent infirmer cette thèse.

C'est en examinant de vieilles photographies prises au cours des missions Apollo dans les années 60 et 70 que les scientifiques ont constaté que des gaz volcaniques ont été libérés dans un passé relativement récent à la surface de la Lune, jusqu'à 1 million d'années environ avant notre ère.

Les chercheurs se sont essentiellement concentrés sur une structure en forme de croissant creusée dans le sol, dénommée "structure d'Ina", et dont les bords particulièrement nets, sans trace d'effondrement, laissent deviner une formation très récente. "Cette structure apparaît comme l'empreinte qu'aurait laissée dans le sol un gigantesque talon", déclare Peter Schulz de la Brown University. "Une telle formation ne devrait pas rester intacte bien longtemps", ajoute-t-il, "elle devrait avoir complètement disparu d'ici 50 millions d'années".

La structure d'Ina en lumière visible

La dégradation rapide que subit la surface de la Lune suite à l'incessant bombardement par les météorites et micrométéorites a pour effet d'en modifier en continu la réflectivité, ce qui permet aux scientifiques d'évaluer aisément l'âge d'un terrain. La différence entre l'intérieur de la structure d'Ina et la régolite aux alentours est frappante, et dénonce une formation très récente. "Il ne s'agit pas d'un quelconque affaissement de terrain, mais plutôt d'une excavation provoquée par l'arrachement de la matière de surface, comme sous l'effet d'explosions souterraines", ajoute Schulz.

Les chercheurs pensent se trouver devant les signes d'un violent dégazage et en imputent la cause à la partie centrale de notre satellite, toujours en phase de refroidissement. Alors que sa température diminue, des tensions internes apparaissent et provoquent des fissures dans lesquelles des gaz brûlants se libèrent. Ceux-ci poursuivent ensuite leur chemin en direction de la surface en suivant des zones de failles, et finissent par émerger le long de vieilles ruptures, où leur brusque détente semblable à une explosion peut engendrer une structure comme Ina.

La structure d'Ina en fausses couleurs, accentuant le pouvoir de réflexion en surface

"Tous les scientifiques avaient reconnu le fait que la Lune est un astre mort. Cependant, cela ne signifie pas que de temps à autre, une poche de gaz ne peut pas venir crever la surface", déclare Schulz.

Rien ne permet encore de déterminer si les gaz sont encore chauds ou refroidis au moment où ils sont libérés. Mais il est probable que le site examiné sur les anciennes photographies n'est pas une exception à l'échelle de notre satellite, et que le phénomène doit se reproduire ailleurs, peut-être encore actuellement, ce qui justifie une investigation plus poussée. Avec un échantillonnage plus représentatif et une surveillance plus étroite, ces observations permettront vraisemblablement une meilleure connaissance de l'histoire de la Lune.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi