Sciences

Columbia : la collision au décollage mise en cause

ActualitéClassé sous :Univers

-

La commission menant l'enquête sur l'accident de Columbia a déterminé les deux localisations possibles de la collision entre le débris de mousse isolante provenant du réservoir central et l'aile gauche de Columbia, collision qui aurait ouvert une brèche dans l'aile.

L'enregistreur de données OEX découvert à Hemphill (Texas, sud). Crédits : Nasa

Lors de la rentrée, c'est par cette brèche que le plasma se serait introduit dans la structure interne de l'aile menant à la destruction de la navette. Des décollements de mousse ont déjà été observés sur plusieurs vols (STS 07-32-50-86-112). L'inspection d'Atlantis après son vol STS-86 avait même montré des dommages importants au niveau des panneaux renforcés de l'aile. Des poches d'air ont aussi été trouvées sur un réservoir central qui n'a pas encore volé.

La commission va maintenant effectuer des projections de mousse isolante sur des structures en carbone pour mieux appréhender leur conséquences. La NIMA (National Imagery and Mapping Agency) a signé un accord avec la NASA pour lui fournir des images des prochaines navettes spatiales en orbite. La NASA veut maintenant obtenir le même type d'accord avec l'US Air Force pour pouvoir utiliser ses stations de réception sol.

L'enregistreur de vol récupéré par la NASA indiquerait que la navette était en danger 16 secondes après avoir commencé sa rentrée atmosphérique. Dans le cadre du programme d'extension de la durée de vie des navettes, la NASA a diminué le nombre de modifications à faire de 300 à 60. Une dizaine de modifications devraient être implémentées dès cette année.

Cela vous intéressera aussi