Alors même que le Soleil semblait plutôt calme, une éruption solaire majeure a eu lieu ce samedi 3 juillet 2021. La première classée X du 25e cycle solaire. Elle a perturbé les émissions radio sur Terre.

Cela s'est produit ce samedi 3 juillet 2021. Une éruption solaireéruption solaire majeure est arrivée à son paroxysme juste avant 16 h 30, heure de Paris. Classée X1.59, elle a été observée par le satellite Solar Dynamics Observatory du côté nord-ouest du limbelimbe de notre étoileétoile. Et c'est la première éruption solaire de classe X -- la classe des éruptions les plus intenses -- du cycle 25 de notre Soleil. La première aussi depuis 2017. Celle-ci avait été de classe X9, neuf fois plus puissante.

Une émission radioradio de type II a été enregistrée à une vitessevitesse d'environ 375 km/s. Le signe qu'une éjection de matière coronale accompagnait l'éruption. La haute atmosphèreatmosphère terrestre a brièvement été ionisée. Résultat : un black-out d'environ une heure des émissionsémissions radio à ondes courtes au-dessus de l'océan Atlantique. Un black-out que les navigateursnavigateurs, les aviateurs ou les opérateurs radio ont pu remarquer.

En rouge, la région perturbée par l’éruption solaire du 3 juillet. © NOAA
En rouge, la région perturbée par l’éruption solaire du 3 juillet. © NOAA

Un rare « crochet magnétique »

Sur les îles Lofoten (Norvège), un observatoire de la météorologie spatiale a connu des perturbations qu'il n'avait pas connues depuis plusieurs années : un sursautsursaut radio, une perturbation ionosphérique et une poussée de courants électriquescourants électriques dans le sol. Mais aussi une perturbation encore plus rare : une déviation du champ magnétiquechamp magnétique local.

Ce samedi 3 juillet 2021, les instruments d’un observatoire de la météorologie spatial basé sur les îles Lofoten (Norvège) ont enregistré plusieurs types de perturbations liées à une éruption solaire en cours. © <em>Polarlightcenter</em>
Ce samedi 3 juillet 2021, les instruments d’un observatoire de la météorologie spatial basé sur les îles Lofoten (Norvège) ont enregistré plusieurs types de perturbations liées à une éruption solaire en cours. © Polarlightcenter

Pour le décrire, les chercheurs parlent de « crochet magnétique ». En ionisant la haute atmosphère de la Terre, l'éruption solaire a fait circuler des courants de 60 à 100 kilomètres au-dessus de la surface de notre planète. Ces courants, à leur tour, ont modifié le champ magnétique polaire de la Terre. Contrairement aux perturbations géomagnétiques qui arrivent avec les CMECME quelques jours après une éruption, un crochet magnétique se produit en cours d'éruption. Ils ont tendance à se produire lors d'éruptions impulsives rapides comme celle-ci.

L'éruption est probablement née d'une tache solaire baptisée AR2838 (région active 2838) et qui n'existait pas seulement quelques heures avant. Une nouvelle preuve de la difficulté de prévoir l'activité solaire.