Vue d'artiste d'un projet européen pour aller désorbiter le satellite Envisat dont l'ESA a perdu le contrôle il y a quelques années. © Esa, D. Ducros

Sciences

Le service aux satellites en orbite décolle

ActualitéClassé sous :service en orbite , maintenance en orbite des satellites , satellite de télécommunications

Le marché de la maintenance en orbite s'ouvre et la demande devrait croître ces prochaines années. Des contrats de services aux satellites ont été signés et d'ici 2020 deux ou trois missions seront lancées. Ce secteur d'activité intéresse aussi les agences spatiales préoccupées par la résolution des problèmes posés par les débris spatiaux.

Aujourd'hui, la maintenance en orbite se limite aux activités humaines en orbite basse, comme la réparation du télescope spatial Hubble ou l'entretien de la Station spatiale internationale. Mais très bientôt, bien qu'ils n'aient pas été conçus pour cela, plusieurs dizaines de satellites de télécommunications pourraient bénéficier d'une extension de leur durée de vie grâce à des opérations de maintenance en orbite.

Ces interventions ne se limiteront pas à refaire le plein en ergols ou à corriger leur trajectoire. La maintenance en orbite comprend d'autres services comme l'inspection en haute définition, la réparation d'incidents mécaniques (par exemple déployer un panneau solaire, ou pointer une antenne de communication dans la bonne direction), l'installation de charges utiles additionnelles, l'amélioration de fonctions existante, voire une reconfiguration pour de nouvelles missions.

Trois sociétés privées ont signé des contrats de services rendus publics. Orbital ATK, qui développe actuellement le premier satellite de maintenance en orbite de sa flotte de Mission Extension Vehicles (MEV), a signé deux contrats avec Intelsat. Un MEV devrait être lancé en fin d'année pour desservir le satellite Intelsat-901 et un second courant 2020 pour un satellite non divulgué. Quant à la société Space Systems Loral, elle travaille avec la Darpa sur le programme RSGS (Robotic Servicing of Geosynchronous Satellites) et avec la Nasa sur la mission Restore-L qui prévoit d'aller ravitailler le satellite d'observation de la Terre, Landsat 7, en 2020.

Vue d'artiste du Space Drone d'Effective Space, amarré à son satellite cible à l'aide de l'anneau d'interface entre le satellite et le lanceur. @ Effective Space

Effective Space qui commercialise son Space Drone pour prolonger la durée de vie des satellites est la troisième société à se faire connaître. Basée au Royaume-Uni, elle vient de signer son premier contrat de maintenance pour le compte d'un « opérateur de satellite régional majeur », peut-on lire dans le communiqué de presse, mais qui ne veut pas se dévoiler. Deux missions ont été commandées et seront lancées en 2020 pour deux satellites en activité.

Un drone spatial pour prendre le contrôle de la navigation d'un satellite

Le Space Drone, 400 kilogrammes et à propulsion électrique, est prévu pour allonger la durée de vie d'un satellite en prenant en charge sa navigation. Une fois amarré à sa cible, il contrôle son comportement, aussi bien en orientation (attitude) que sur son orbite (trajectoire). En fin de mission, il est soit désorbité s'il a travaillé en orbite basse, soit envoyé sur une orbite cimetière, quelques centaines de kilomètres au-dessus de l'orbite géostationnaire, s'il est intervenu sur un satellite de télécommunications.

À ce jour, le Space Drone existe seulement sur le papier. Comme le souligne Daniel Campbell, directeur général d'Effective Space, « le véhicule en est au stade de la conception préliminaire, avec un examen critique de la conception prévu dans un proche avenir ». Cependant, « les principaux systèmes, dont le mécanisme d'accostage, sont dans un état beaucoup plus avancé », tient à rassurer Daniel Campbell. La société a aussi indiqué être en discussion avancée avec un opérateur de lancement pour une place en passager secondaire.

  • Plusieurs contrats de maintenance en orbite de satellites ont été signés aux États-Unis et en Europe.
  • Effective Space propose un drone spatial pour piloter et contrôler un satellite client.
  • Les technologies robotiques de la maintenance sont les mêmes que celles nécessaires à la gestion des débris spatiaux.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi