Sciences

L'ISS teste des robots pour ravitailler des satellites

ActualitéClassé sous :Astronautique , satellite , mission de ravitaillement robotique

Le Canada, en pointe dans la robotique spatiale, et la Nasa visent le secteur prometteur de l'assistance aux satellites en orbite. À bord de la Station spatiale internationale, ils testent des robots pour utiliser une série d'outils et manœuvrer pour ravitailler les satellites.

Dextre (à gauche) avec le module de la mission de ravitaillement robotique (RRM) qui simule un satellite (au centre). L’assistance aux satellites pourrait à terme devenir un marché de niche. © Nasa

La Nasa et l'Agence spatiale canadienne utilisent la Station spatiale internationale (ISS) comme banc de test pour la mise au point d'outils, de composants et de techniques robotiques destinés aux missions futures d'entretien de satellites.

Cette expérience, qui se matérialise par la simulation d'une mission de ravitaillement robotique (RRM, Robotic Refueling Mission), est de longue haleine. Elle a débuté en mars 2012, avec le test d'outils et des manœuvres grâce auxquels des systèmes robotisés ravitailleront des satellites en orbite. Les essais se poursuivent ce mois-ci avec la simulation du ravitaillement d'un satellite en transférant de l'éthanol liquide dans le module fabriqué par la Nasa.

Animation de la mission de ravitaillement robotique (RRM) qui consistera à... faire le plein dans l’espace. © CSA, YouTube

Pour cela, on utilise Dextre (alias « manipulateur agile spécialisé »), le bras robotique Canadarm2, un module jouant le rôle du satellite et un ensemble d'outils livrés à bord de l'ISS lors de la dernière mission de la navette Atlantis en juillet 2011.

Porter secours aux satellites

Le ravitaillement ou l'assistance à des satellites en orbite en sont encore à leurs balbutiements mais certains y voient déjà un marché de niche, avec l'opportunité d'y faire des affaires. Cela dit, malgré le nombre élevé de satellites en activité, le marché restera modeste. S'il est indéniable que donner aux opérateurs de satellites la possibilité de les entretenir et de les réparer plutôt que de les remplacer permettrait de substantielles économies, la situation n'est pas si simple.

L'idée d'envoyer un satellite faire le plein paraît séduisante mais d'autres critères sont à prendre en compte lorsqu'il est question de la durée de vie des satellites. Si la panne sèche en est un, l'obsolescence des équipements et les rigueurs de l'espace en sont d'autres. Même s'ils sont durcis pour résister aux radiations spatiales, les composants électroniques des satellites sont mis à rude épreuve dans l'espace, et plus le temps passe, plus les risques de panne ou de dysfonctionnement augmentent.

Autre application très probable, la désorbitation de satellites en fin de vie ou devenus incontrôlables. C'est certes moins complexe qu'une mission de ravitaillement, mais ces deux types de missions ont en commun un certain nombre de phases, comme l'approche, le rendez-vous et le contrôle du satellite à secourir.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi