Ingenuity sur le sol de Mars. Image acquise le 28 avril par une des caméras Mastcam de Perseverance. © Nasa, JPL-Caltech, ASU
Sciences

Impressionnant : écoutez Ingenuity voler dans le ciel de Mars !

ActualitéClassé sous :Perseverance , Ingenuity , sons martiens

[EN VIDÉO] Perseverance : découvrez l'instrument SuperCam, ses yeux et ses oreilles  Présentation de l'instrument SuperCam qui équipe le rover Perseverance de la Nasa. Plus de 300 personnes en France ont été impliquées dans son développement et sa fabrication. SuperCam réalisera des tirs lasers dont l'objectif est d'analyser la composition chimique des roches et de détecter la présence éventuelle de molécules organiques. 

Alors que l'on ne pensait pas cela possible, le microphone de l'ISAE-Supaéro installé dans SuperCam a enregistré les sons de l'hélicoptère Ingenuity volant dans le ciel de Mars. Les explications de Naomi Murdoch, chercheuse à l'ISAE-Supaéro et de David Mimoun, responsable scientifique du microphone. 

Explorez les interviews de chercheurs, photographes, voyageurs témoins d'un monde qui change sous le joug du réchauffement climatique.

Le microphone de l’ISAE-Supaéro, intégré dans l'instrument français Supercam, a enregistré le son du 4e vol d'Ingenuity ! Une performance remarquable qui n'était pas du tout acquise. En effet, comme l'hélicoptère se situe à une distance de sécurité de plusieurs dizaines de mètres de Perseverance, il n'était pas certain que le microphone entende quoi que ce soit.

Le microphone intégré dans l’instrument français Supercam a enregistré le son du vol d'Ingenuity lors de son quatrième vol. L'hélicoptère martien était alors situé à 80 mètres du rover (il est préférable d'écouter avec un casque de bonne qualité car Mars ne transmet pas bien les sons aigus). © Nasa/JPL/LANL/Cnes/CNRS/ISAE-Supaero

Les sons du quatrième vol de l'hélicoptère capturés

Lors de ce quatrième vol, Ingenuity, dont la mission a été prolongée de 30 jours, était situé à 80 mètres du rover. Le petit hélicoptère s'est élevé à cinq mètres au-dessus du sol avant de parcourir une distance de 133 mètres pour ensuite revenir atterrir à l'endroit d'où il a décollé. Lors de ce vol, le microphone scientifique de SuperCam, développé par l'ISAE-Supaéro, a enregistré le son émis par la rotation des pales d'Ingenuity. Comme le précise l'équipe du microphone, ce son « possède une fréquence caractéristique de 84 Hz ; elle équivaut au « mi » grave d'un piano ou à la voix de basse d'un être humain ».

« C'est une grande surprise pour toute l'équipe scientifique ! », affirme Naomi Murdoch, chercheuse à l'ISAE-Supaéro en charge des données micro. Les tests « effectués dans une chambre martienne pour concevoir cet instrument, ainsi que nos théories de la propagation du son nous indiquaient que le micro capterait très difficilement les sons de l'hélicoptère ».

Cet enregistrement se révèle une mine d’or pour notre compréhension de l’atmosphère martienne

En effet, l'atmosphère de Mars, très peu dense« atténue fortement la transmission des sons, de sorte qu'il nous fallait un peu de chance pour enregistrer l'hélicoptère à une telle distance. Nous sommes donc très satisfaits d'avoir réussi à obtenir cet enregistrement qui se révèle une mine d'or pour notre compréhension de l'atmosphère martienne ».

Interprétation graphique de l’enregistrement du son lors du quatrième vol d'Ingenuity (30 avril 2021). © Cnes, ISAE-Supaéro

La parole à David Mimoun, responsable scientifique du microphone de SuperCam et également professeur à l'ISAE-Supaéro :

Futura : Techniquement, la performance d’enregistrer les sons d’Ingenuity volant est-elle incroyable ?

David Mimoun : Oui, c'est une performance incroyable. On pensait être en limite de sensibilité, avec une grosse atténuation par l'atmosphère, mais nous avons été chanceux, ou bien nos modèles étaient pessimistes... Il faut dire que les modèles de propagation du son sur Mars sont préliminaires.

Futura : Enlever les bruits parasites a-t-il été compliqué ?

David Mimoun : On a un peu amplifié la bande fréquence d'Ingenuity (monté les basses), surtout pour les distinguer des rafales de vent. Il n'y a toutefois pas de traitement du signal compliqué.

Futura : Il est, par exemple, prévu notamment d’écouter les opérations du bras robotique et du mât, le roulage sur sol normal ou accidenté, ou encore le suivi du fonctionnement des pompes de l'instrument Moxie. Mais, d’autres tentatives d'enregistrer des sons qui n’étaient pas prévues sont-elles envisagées ?

David Mimoun : On a pas mal travaillé pour convaincre nos collègues du JPL de tenter l'enregistrement du vol d'Ingenuity. Je pense que nous pourrons utiliser plus souvent le microphone maintenant que nous avons montré ses capacités. Les opérations avec Moxie sont déjà prévues, mais cela va renforcer l'intérêt du micro auprès des collègues. Mais, à l'ISAE-Supaéro, nous nous focalisons surtout sur la science atmosphérique martienne, sur laquelle nous avons une expertise forte depuis Insight.

---

Découvrez Fil de Science ! Chaque vendredi, dès 18h30, suivez le résumé des actualités scientifiques de la semaine, décryptées pour vous par les journalistes de Futura.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !