Quatre années que la sonde Osiris-Rex est partie rejoindre l’astéroïde Bennu. Dans moins d’un mois maintenant, elle devrait toucher sol pour récupérer quelques échantillons de roches et les ramener ensuite vers la Terre. Une grande première pour la Nasa sur Bennu !

L'objectif principal de la mission Osiris-Rex, c'est de collecter au moins 60 grammes d'échantillons rocheux à la surface de l'astéroïdeastéroïde Bennu. Dans quelques semaines maintenant, la sonde se posera pour quelques secondes à peine sur le sol de l'astéroïde et y prélèvera des roches et de la poussière. Ceux-ci seront ensuite ramenés vers la TerreTerre. Une grande première !

Et pour lancer le compte à rebours, la Nasa révèle aujourd'hui quelques détails de la mission qualifiée de Touch-And-Go (TAG), comprenez « toucher puis repartir ». Le 20 octobre 2020, des manœuvres d'approche amèneront Osiris-RexOsiris-Rex vers le site de Nightingale, une zone rocheuse de 16 mètres de diamètre dans l'hémisphère nordhémisphère nord de Bennu.

Voir aussi

Osiris Rex et Bennu : le site de prélèvement d’échantillons révélé, c’est Nightingale !

Rappelons que ce site a été sélectionné, car il contient la plus grande quantité de matériaux à grains fins non obstrués. Malheureusement, il est aussi entouré de rochers de la taille d'un bâtiment. La sonde Osiris-Rex, de la taille d'une camionnette, devra donc s'y poser avec précaution.

Le site de <em>Nightingale</em>, le principal site de collecte d’échantillons d’Osiris-Rex sur l’astéroïde Bennu. Une illustration à l’échelle de la sonde a été ajoutée. © Nasa, Goddard, <em>University of Arizona, </em>Lockheed Martin, <em>United Launch Alliance</em>
Le site de Nightingale, le principal site de collecte d’échantillons d’Osiris-Rex sur l’astéroïde Bennu. Une illustration à l’échelle de la sonde a été ajoutée. © Nasa, Goddard, University of Arizona, Lockheed Martin, United Launch Alliance

Seulement 16 secondes à la surface de Bennu

L'opération de collecte devrait durer quatre heures et demie. La sonde devra d'abord quitter son orbiteorbite, à quelque 770 mètres de la surface de l'astéroïde Bennu. Après quatre heures de descente et à une altitude de 125 mètres, Osiris-Rex entamera une manœuvre d'ajustement de sa position et de sa vitessevitesse. Et arrivée à 54 mètres, environ 11 minutes plus tard, elle ralentira sa descente et ciblera son point d'atterrissage sur l'astéroïde.

Osiris-Rex restera seulement 16 secondes à la surface de Bennu. De l'azoteazote sous pressionpression libéré à ce moment soulèvera les matériaux de la surface qui seront alors pris dans la tête du collecteur d'échantillons de la sonde. Celui-ci aura été déployé au préalable, au cours de la phase de descente. Puis les propulseurspropulseurs seront déclenchés et Osiris-Rex s'éloignera de l'astéroïde jusqu'à une distance de sécurité.

Voir aussi

Osiris-Rex : répétition réussie de l’approche de l’astéroïde Bennu en vue d’une prise d’échantillons

Ces manœuvres seront réalisées de manière totalement autonome. Car au moment du TAG, Osiris-Rex et Bennu se situeront à 334 millions de kilomètres de la Terre. Et il ne faudra pas moins de quelque 18,5 minutes aux signaux pour arriver jusqu'à nous. Impossible, dans ces conditions, de commander directement la sonde.

La sonde Osiris-Rex se dirigera automatiquement vers la surface de Bennu grâce à un système de navigation optique baptisé Natural Feature Tracking (NFT). © Nasa, Goddard, <em>University of Arizona</em>
La sonde Osiris-Rex se dirigera automatiquement vers la surface de Bennu grâce à un système de navigation optique baptisé Natural Feature Tracking (NFT). © Nasa, Goddard, University of Arizona

C'est sur un système de navigation baptisé Natural Feature Tracking (NFT) que la sonde s'appuiera. Les images qu'elle saisira en temps réel seront comparées à un catalogue d'images. De quoi lui permettre, en se basant sur les caractéristiques de surface identifiée, de s'assurer qu'elle est sur la bonne voie. D'autant que le système NFT est équipé d'une carte des dangers du site de Nightingale qui devrait lui éviter tout dommage.

Le 22 octobre, la caméra SamCam d'Osiris-Rex capturera des images de la tête du collecteur d'échantillons afin de s'assurer qu'elle contient bien des matériaux de surface de Bennu. Deux jours plus tard, c'est la massemasse de ces échantillons qui sera vérifiée. Si la collecte est une réussite, les échantillons seront placés dans la capsule de retour. Sinon, une nouvelle tentative pourra être menée sur le site d'atterrissage d'Osprey, au plus tôt en janvier 2021. Le retour des échantillons sur Terre est prévu pour le 24 septembre 2023, du côté du désertdésert de l'Utah (États-Unis).