La deuxième et ultime répétition de la sonde Osiris-Rex réalisée le 11 août, à quelque 288 millions de kilomètres de la TerreTerre (c'est presque deux fois la distance Terre-Soleil), s'est très bien passée.

Le vaisseau de la NasaNasa, qui a pour point d'orgue de sa mission de prélever des échantillons à la surface de l’astéroïde Bennu le 20 octobre prochain pour nous les ramener ensuite sur Terre en 2023 afin de les analyser en laboratoire, s'est approché jusqu'à 40 mètres du site sélectionné Nightingale. C'est là, à l'intérieur d'un cratère d'impact, dans un endroit jonché le moins possible de rochers qui pourraient être fatals à la mission, que Osiris-RexOsiris-Rex va arracher une poignée de matièrematière à ce vieil astéroïdeastéroïde de 500 mètres de diamètre.

Cette séquence accélérée dure en réalité 13 minutes et montre la descente d'Osiris-Rex entre 128 et 40 mètres au-dessus du site de prélèvement Nightingale, à la surface de l'astéroïde Bennu. © Nasa

L'objectif de cette répétition qui a duré un peu plus de quatre heures était de vérifier le bon fonctionnement de ses outils de prélèvement, la télémétrietélémétrie et l'enchainement des opérations en mode autonome car il ne faut pas oublier que l'engin ne travaillera pas dans la banlieue de la Terre (ou autour de la LuneLune, à une seconde-lumière) mais à prés de 16 minutes-lumière.

Voir aussi

Des images détaillées à couper le souffle de l'astéroïde Bennu !

La sonde est donc descendue jusqu'à 40 mètres, sa plus petite distance avec le sol de Bennu enregistrée. Elle en a profité pour prendre de nouvelles images détaillées de sa cible.


Première répétition réussie pour Osiris-Rex

Article de Nathalie MayerNathalie Mayer publié le 19 avril 2020

La mission de la Nasa Osiris-Rex a pour objectif d'étudier l'astéroïde Bennu, un rocher de moins de 500 mètres de diamètre. Ce mardi 14 avril 2020, la sonde a mené avec succès une première répétition des opérations qui la mèneront, à la fin du mois d'août prochain, à récupérer au moins 60 grammes d'échantillons sur l'astéroïde pour les ramener vers la Terre -- d'ici 2023 -- en vue d'analyses approfondies.

L'objectif était de tester les deux premières opérations de la manœuvre. D'abord, la capacité d'Osiris-Rex à déployer son bras d'échantillonnageéchantillonnage -- appelé Touche-And-Go Sample Acquisition Mechanism (TAGSAM) et que l'on découvre au centre des images prises par la Nasa. Ensuite, sa capacité à s'approcher de manière autonome de Bennu.

Il a d'abord fallu tirer la sonde de son orbiteorbite à environ un kilomètre de l'astéroïde. Puis le Tagsam a été étendu sans encombre. Et un programme de navigation automatique -- qui repose sur la comparaison des images en temps réel avec celles de la banque d'images d'Osiris-Rex -- a guidé la sonde dans sa descente. À une altitude de 125 mètres, une sorte de chute à faible vitessevitesse a commencé. Elle s'est achevée près de dix minutes plus tard, à 65 mètres de la surface de Bennu.

Le prochain exercice est prévu le 23 juin 2020. Il amènera Osiris-Rex à seulement 25 mètres du sol de l'astéroïde.