L’Homme de Florès – dont on découvre ici une reconstitution – n’aurait pas de lien avec les pygmées qui vivent actuellement sur l’île indonésienne. Une preuve, selon les chercheurs, que la vie insulaire favorise l’émergence d’hommes de taille modeste. © Karen Neoh, Flickr, CC by 2.0

Sciences

Sur l’île de Florès, les Hommes deviennent plus petits

ActualitéClassé sous :Homme , homme de Florès , Pygmée

Vivre sur une île, c'est un état d'esprit. Mais selon les chercheurs, cela va au-delà. Il existerait bien un phénomène d'évolution insulaire qui jouerait notamment sur la taille des animaux. Et comme les hommes sont des animaux comme les autres...

Sur l'île de Chypre, on trouvait, jusqu'au début de l'Holocène, des hippopotames pas plus grands que des otaries. Et sur l'île de Florès, en Indonésie, il existait autrefois des éléphants de la taille de gros porcs. Un phénomène étrange de réduction de taille lié, selon les scientifiques, à la vie insulaire. Un phénomène que les scientifiques étendent aujourd'hui à l'Homme.

« L'île de Florès est le seul exemple connu au monde où le nanisme insulaire soit apparu deux fois », rapporte Joshua Akey, généticien des populations à l'université de Princeton (États-Unis). Son équipe a en effet étudié les pygmées Rampasasa présents sur l'île. Résultat, aucune trace d'ADN archaïque provenant du célèbre hobbit ou Homme de Florès qui vivait là il y a 60.000 à 100.000 ans.

À gauche, le hobbit ou Homme de Florès qui mesurait à peine plus que la taille d’un enfant de quatre ans. Au centre, le pygmée moderne vivant sur l’île de Florès. Et à droite, une comparaison avec un Indonésien moyen. © Serena Tucci, Department of Ecology and Evolutionary Biology, Princeton University

D’autres îles concernées

Ces pygmées semblent plutôt descendre d'Asiatiques de l'Est. Leurs génomes apparaissent particulièrement riches en allèles liés à la petite taille. Les mêmes que ceux que l'on retrouve chez leurs cousins, mais à des fréquences moindres. Une découverte qui, selon les chercheurs de Princeton, suggère que sur l'île, la sélection naturelle favorise les petites tailles.

Ces résultats s'inscrivent dans la lignée d'une autre étude arrivant aux mêmes conclusions concernant les habitants des îles Andaman (océan Indien). Et ils autorisent les chercheurs à imaginer que les hobbits étaient également des hommes plus grands dont la taille a diminué après leur installation sur l'île. Peut-être parce qu'à la fois nourriture et prédateurs y sont plus rares qu'ailleurs.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L’hippocampe pygmée est un pro du camouflage  Avec une taille d’environ 2 cm, l’hippocampe pygmée est le plus petit de ce célèbre groupe de syngnathes. Ce poisson discret a un secret pour déjouer les prédateurs : un remarquable système de camouflage. Découvrez en vidéo comment ces petits poissons survivent dans l'océan.