Une étude scientifique sonne le glas des théories du complot entourant la fin d'Adolf Hitler. Comme le raconte l’histoire, le dictateur est bien mort à Berlin, en 1945. Il se serait suicidé par balle et en ingérant du cyanure.
Cela vous intéressera aussi

Pour certains, il aurait fini paisiblement sa vie en Argentine. Pour d'autres, il se serait caché pendant des décennies dans une base secrète en AntarctiqueAntarctique. Pour d'autres encore, c'est sur la face cachée de la Lune qu'il aurait fallu aller le débusquer. Mais aujourd'hui, une équipe de chercheurs l'affirme : Adolf Hitler est mort à Berlin, en 1945, après avoir ingéré du cyanure et pris une balle dans la tête.

Pendant plusieurs mois, ils ont analysé les dents et un fragment de crânecrâne du dictateur. Des éléments conservés à Moscou et qui n'avaient encore jamais été soumis à un examen aussi approfondi. Les conclusions des chercheurs sont sans équivoque.

Les journaux qui annonçaient la mort d’Hitler en 1945 avaient raison ! © <em>US Army</em>, Domaine public

Les journaux qui annonçaient la mort d’Hitler en 1945 avaient raison ! © US Army, Domaine public

Cyanure et coup de feu

« Les dents sont authentiques. Il n'y a aucun doute possible », assure le professeur Philippe Charlier, un spécialiste français de l'étude des restes humains qui a déjà œuvré sur ceux de Richard Cœur de LionLion ou de Louis IX. Quant au crâne, sa morphologiemorphologie est jugée « totalement comparable » aux radiographiesradiographies prises de celui d'Hitler quelque temps avant sa mort.

L'absence de poudre sur les dents indique que le coup de revolver a dû être donné au niveau du cou ou du front. Et des dépôts bleutés sur les fausses dents analysées pourraient indiquer une « réaction chimique entre le cyanure et le métalmétal de la prothèseprothèse ». De quoi confirmer que le dictateur est bien mort dans ce fameux bunker, le 30 avril 1945, suite à un coup de feufeu et à la prise de cyanure.