Sciences

Vers un Viagra féminin qui coupe aussi l’appétit ?

ActualitéClassé sous :E2014

-

C'est ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups. Un médicament stimulant la libido des femmes tout en abaissant leur appétit pourrait être commercialisé d'ici la fin de l'année 2015. Ce Viagra féminin posséderait donc toutes les qualités requises pour plaire aux femmes.

Peut-être qu’à la fin de 2015, le laboratoire Orlibid pourra commercialiser le médicament actuellement connu sous le nom de ORL101. Il serait même deux-en-un puisqu’il attiserait l’appétit sexuel tout en atténuant l’appétit tout court. © Jtillborg, www.stockfreeimages.com

ORL101 sera-t-il le mot doux pour faire fantasmer les femmes ? C'est pour l'heure le nom d'un médicament conçu par le laboratoire britannique Orlibid, qui termine les tests avant une autorisation de mise sur le marché escomptée fin 2015. Son objectif : stimuler l'appétit sexuel des femmes et favoriser leur plaisir. Un Viagra féminin en quelques sortes. Mais, parmi les effets collatéraux, il pourrait également faire office de coupe-faim ! Voilà une bonne raison de mincir sans contraintes.

Conçu à partir de mélatonine de synthèse, le médicament agit directement au niveau du cerveau pour accroître la libido. D'après les indications fournies jusqu'à présent, une prise du comprimé attise la libido 15 minutes plus tard et pour une durée de deux heures. D'après Mike Wyllie, l'un des chercheurs impliqués sur le projet et cité par le Telegraph, il pourrait être accessible à toutes les femmes qui le souhaiteraient, de celles qui souffrent de troubles sexuels jusqu'à celles désireuses de pimenter leur vie sexuelle.

C’est la course au Viagra féminin

Pour l'heure, les essais cliniques se poursuivent afin de déterminer précisément les risques pour la santé et les effets secondaires. À priori, ce Viagra féminin coupe-faim risque de provoquer des nausées, ce qui a tendance à couper court à toute envie (le fameux « pas ce soir, j'ai mal à la tête »). Mais, bonne nouvelle, il n'induirait aucune dépendance.

D'autres composés cherchent également à devenir le pendant féminin de la petite pilule bleue réservée aux hommes. Mais aucune d'entre elles n'a eu pour le moment le succès escompté. Peut-être est-ce parce que chez la femme, le désir ne se déclenche pas de manière aussi automatique que chez l'homme. Le manque de libido peut révéler des fluctuations physiologiques (ménopause, grossesse, etc.) ou tout simplement un ennui. Et dans ce cas de figure, ce n'est pas un cachet qui réglera le problème.

Cela vous intéressera aussi