Au cours de l’évolution, la position du clitoris s’est éloignée du vagin chez les mammifères à ovulation spontanée, comme l'être humain, rendant la stimulation plus difficile lors du rapport sexuel. © vita khorzhevska, shutterstock.com

Santé

L'orgasme féminin serait un vestige de l'évolution

ActualitéClassé sous :Sexualité , orgasme , orgasme clitoridien

En ce mois de décembre, des sexologues et des neurologues taïwanais publient un rapport listant les médicaments à l'origine d'orgasmes spontanés. Des traitements antidépresseurs pour la plupart. Mais au fait, à quoi sert l'orgasme féminin ? Il y a un peu plus d'un an, des chercheurs américains annonçaient qu'il aurait joué un rôle prépondérant dans le déclenchement de l'ovulation chez nos très lointains ancêtres avant de perdre cette fonction et devenir uniquement une source de plaisir.

Article paru le 4 août 2016

Depuis l'Antiquité, l'orgasme féminin intrigue les spécialistes qui ont tenté, sans grand succès, d'expliquer son rôle, alors que, comme le notait déjà Aristote, les femmes peuvent concevoir sans rien ressentir. Chez les hommes en revanche, l'orgasme est nécessaire pour l'éjaculation et le transfert de sperme.

Pour comprendre l'origine de l'orgasme féminin, Gunter Wagner, de l'université Yale, et Mihaela Pavlicev, de l'hôpital des enfants de Cincinatti, se sont intéressés à la décharge de prolactine et d'ocytocine dans le système sanguin qui accompagne l'orgasme féminin.

Il y a 60 à 65 millions, la libération d'hormones, comme la prolactine et l’ocytocine, jouait un rôle dans l'ovulation chez la plupart des femelles de mammifères. En évoluant vers une ovulation cyclique, l’orgasme est devenu superflu. © Daniel S. Edwards, shutterstock.com

Quelles peuvent être les nouvelles fonctions de l’orgasme ?

Il y a 60 à 65 millions, cette libération d'hormones jouait un rôle dans l'ovulation chez la plupart des femelles mammifères, selon Gunter Wagner. Mais par la suite, certains ont évolué vers une ovulation cyclique, rendant l'orgasme superflu. Les chercheurs ont également découvert que la position du clitoris s'est éloignée du vagin chez les mammifères à ovulation spontanée comme l'être humain, rendant la stimulation plus difficile lors du rapport sexuel.

« Ceci peut expliquer pourquoi certaines femmes parviennent à l'orgasme grâce à la masturbation ou à la stimulation clitoridienne », notent les chercheurs dont les travaux sont publiés dans la revue Journal of Experimental Zoology. S'il ne sert plus à l'évolution, les chercheurs estiment que l'orgasme peut avoir d'autres fonctions comme celui de « favoriser une liaison affective ».

Cela vous intéressera aussi