Test Covid : une capsule de café, une casserole d’eau, et un résultat en 25 minutes chrono. © sungil Choi, Flickr
Sciences

Science décalée : bientôt des tests Covid… dans une capsule de café ?

ActualitéClassé sous :chimie , Coronavirus , test Covid

[EN VIDÉO] Diagnostic du COVID19 : le point sur les tests  Ces derniers temps, on parle beaucoup des tests diagnostics du COVID19. Comment fonctionnent-ils ? Quelle est leur utilité et fiabilité respective ? Détails.  

Qu'ils soient nasopharyngés ou salivaires, les tests Covid doivent être envoyés dans un laboratoire spécialisé pour être analysés. Des chercheurs viennent de mettre au point un kit « CoroNaspresso » pour obtenir le résultat chez soi, grâce à une simple capsule de café et une casserole d'eau bouillante. Voici comment jouer aux petits chimistes-biologistes.

Environ 3,5 millions de tests Covid sont réalisés chaque semaine en France. Les tests RT-PCR, qui servent de référence, doivent être envoyés en laboratoire où ils subissent différents traitements (extraction, amplification, passage dans un thermocycleur...). Il existe aussi des autotests rapides avec lesquels on obtient le résultat grâce à une bandelette qui change de couleur. Mais comme l'ADN n'est pas amplifié, ils sont moins fiables et ne détectent que les charges virales élevées. Vittorio Saggiomo, un chercheur en bionanotechnologies à l'université de Wageningen aux Pays-bas, a donc inventé une méthode pour détecter le virus chez soi et de manière sûre, à l'aide d'une simple dosette de café Nespresso et une casserole d'eau bouillante.

CoroNaspresso, l’amplification d’ADN à portée de tous

Un dispositif « très bon marché, facile à produire à plusieurs millions d'exemplaires, universel et zéro déchets », se vante le chercheur qui décrit son invention baptisée CoroNaspresso sur le site de pré-publication ChemArxiv. Le test repose sur l'amplification isothermique à médiation par boucle (LAMP). Cette dernière utilise des amorces reconnaissant des régions distinctes de l'ADN cible. Dans un premier temps, une ADN polymérase déplace les brins, ce qui initie la synthèse, puis deux des amorces forment des structures en boucle pour faciliter les cycles suivants d'amplification. L'échantillon peut ensuite être soumis à un réactif qui va indiquer par fluorescence si le test est positif ou négatif. Cette méthode permet donc une amplification similaire au test RT-PCR mais, contrairement à lui, la température nécessaire à la réaction d'amplification est constante (autour de 65 °C). Il faut néanmoins qu'elle soit très précisément contrôlée.

Le principe du CoroNaspresso : les tubes sont insérés dans une capsule à café Nespresso contenant un matériau à changement de phase qui permet de conserver une température constante durant 25 minutes. © Vittorio Saggiomo, ChemArxiv, 2021

Un résultat en 25 minutes chrono

Plutôt que d'utiliser un coûteux thermostat électronique, Vittorio Saggiomo a eu l'idée de recourir à un matériau à changement de phase. En absorbant la chaleur au fur et à mesure qu'ils fondent, ces matériaux permettent de maintenir une température constante. Par chance, le chercheur a déniché une paraffine appelée Rubitherm®, qui fond exactement à la température requise (65 °C) et qui est très bon marché (autour de 13 euros le kilo). Restait à trouver un récipient résistant à la chaleur pour y insérer cette cire. C'est là où Vittorio Saggiomo a pensé à une simple capsule de machine à café Nespresso, constituée d'aluminium avec un fort pouvoir de transfert de chaleur.

Il ne restait plus qu'à placer l'échantillon dans la capsule et à plonger le tout dans un litre d'eau bouillante pendant 25 minutes. La paraffine permet de stabiliser la température qui reste donc constante durant la phase d'amplification de l'ADN. Une fois sorti de son bain, il suffit d'observer la couleur du tube (qui contient un réactif dont la couleur change en fonction du pH) pour voir si le test est positif (jaune) ou négatif (orange).

20 centimes d’euro le test !

Le chercheur a testé le dispositif sur six membres de son équipe et détecté avec succès les trois cas de Covid. Au final, le test revient à peine à 20 centimes d'euro, contre plus de 70 euros pour un test PCR ou 10 euros pour un test rapide. De belles économies en perspective pour la Sécurité sociale ! « Les capsules sont réutilisables, ne produisent aucun déchet et il est même possible d'en préparer un grand nombre à l'avance pour les stocker pendant des mois, voire des années, à température ambiante », assure Vittorio Saggiomo.

Seul hic : ne pas confondre la capsule de test avec une vraie capsule Nespresso quand on veut se préparer un café. Le chercheur n'a pas vérifié si le test avait bon goût.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !