Dans la matière, les liaisons entre les atomes sont assurées par les électrons. En remplaçant ces derniers par des particules élémentaires plus lourdes, comme le muon, on crée des atomes dits "exotiques" si proches les uns des autres que leurs noyaux peuvent fusionner. Ces réactions de fusion sont cependant perturbées par des réactions de transfert des muons de l'hydrogène vers des atomes plus lourds. Le laboratoire Collisions Agrégats Réactivité (CAR) du CNRS et de l'Université Paul Sabatier à Toulouse publie dans la revue Physical Review Letters (PRL) du 20 juillet 2004 un modèle théorique de réactions chimiques "exotiques" impliquant des muons. Ce modèle permet de mieux comprendre les réactions de transfert qui parasitent les réactions de fusion. C'est une avancée importante dans la compréhension et l'amélioration de la fusion nucléaire catalysée par muons, étudiée depuis longtemps comme une source possible d'énergie.

au sommaire


    Crédit : www2.117.ne.jp

    Crédit : www2.117.ne.jp

    Cela vous intéressera aussi

    Les muons sont des particules élémentairesparticules élémentaires. Ils sont relativement abondants dans le rayonnement cosmique qui pénètre l'atmosphèreatmosphère jusqu'à la surface de la TerreTerre. Ainsi, chacun d'entre nous est traversé par environ 100 muons par seconde. Dans la matièrematière, ce sont les électronsélectrons qui créent des liaisons chimiquesliaisons chimiques entre atomesatomes et assurent la cohésion de l'ensemble. En substituant artificiellement des muons négatifs aux électrons, on élabore des systèmes beaucoup plus compacts dotés de propriétés nouvelles. Le muonmuon étant environ deux cent fois plus lourd que l'électron, il crée des liaisons entre atomes deux cent fois plus courtes (un milliardième de millimètre au lieu d'un dix millionième de millimètre pour une liaison atomique standard). Ainsi des atomes liés par une liaison muonique sont si proches les uns des autres que leur noyaux peuvent fusionner.

    Pour créer artificiellement des faisceaux de muons, des particules chargées sont manipulées et accélérées sur des cibles dans des accélérateurs de particules. Ces collisions engendrent diverses particules secondaires, dont les muons. Cette particule vit de l'ordre de 2x10-6 seconde (deux millionièmes de seconde) avant de se désintégrer en un électron ou un positronpositron et des neutrinosneutrinos. Cette duréedurée de vie est largement suffisante pour manipuler les muons et les utiliser pour la fabrication d'atomes et de moléculesmolécules "exotiques". Au cours de ce type d'expérience, on observe des réactions de fusions atomiques mais aussi d'autres réactions comme des réactions de transferts de muons de l'hydrogènehydrogène vers des atomes plus lourds comme l'azoteazote, l'oxygèneoxygène ou le néonnéon.

    C'est à ces réactions "parasites" et à leur modélisationmodélisation que s'est intéressé Arnaud Dupays, du laboratoire CAR (CNRS-Université Paul Sabatier, Toulouse). Grâce à un nouveau système de paramétrisation des particules, le nouveau modèle permet de comprendre pour la première fois des résultats accumulés au cours des dix dernières années sur la cinétique de réactions "exotiques" obtenues dans des accélérateurs de particules et restées jusqu'alors sans explication satisfaisante. C'est une avancée importante vers l'amélioration de la fusion nucléairefusion nucléaire catalysée par muons pour la production d'énergieénergie, mais aussi pour une meilleure compréhension des propriétés fondamentales de la matière.