Sciences

Une image exceptionnelle de Messier 20, la fleur céleste

ActualitéClassé sous :Astronomie , Nébuleuse Messier 20 , Nébuleuse Trifide

La nébuleuse M 20, connue également sous le nom de nébuleuse Trifide, fait partie des objets astronomiques les plus photogéniques. L'astrophotographe américain Robert Gendler vient d'en réaliser un nouveau portrait saisissant.

Messier 20, alias nébuleuse Trifide, révèle la délicatesse de ses pétales grâce à des clichés réalisés par R. Hannahoe en Australie, assemblés et traités par Robert Gendler. Crédit R. Gendler

L'observation visuelle des nébuleuse est assez frustrante pour les astronomes amateurs. Placé dans des conditions de faible luminosité, notre œil utilise sa partie la plus sensible constituée de bâtonnets pour nous fournir une image en noir et blanc. C'est donc une vision assez terne que découvrit l'astronome français Charles Messier le 5 juin 1764 alors qu'il observait la constellation du Sagittaire. Messier catalogua l'objet en vingtième position sur sa liste des objets célestes nébuleux, le notant comme « un amas d'étoiles de huitième et neuvième magnitudes environné de nébulosité ». Messier ne pouvait imaginer qu'il venait de découvrir ce qui allait devenir le fleuron de son catalogue.

Il faut dire que M 20, avec une déclinaison de -23 degrés, est un objet céleste assez austral pour les observateurs européens, souvent grignoté par la pollution atmosphérique. Il fallut attendre un voyage à l'observatoire du cap de Bonne-Espérance au XVIIIe siècle pour que l'astronome britannique John Herschel découvre que la nébuleuse se scinde en trois morceaux, ce qui lui vaut depuis le nom de Trifide. Les filaments qui découpent M 20 en trois pétales forment une nébuleuse sombre que l'astronome américain Edward Barnard catalogua sous le nom de B 85 au début du XX siècle. Ces filaments de poussière sont sans doute des restes de supernovae et d'étoiles géantes froides. Sans les tentacules de B 85, la Trifide n'aurait pas cet aspect de fleur céleste.

Perdue dans la Voie lactée, la Trifide (flèche rouge) n'est pas la seule nébuleuse visible sur cette spectaculaire image. Crédit Serge Brunier

Du rouge et du bleu plein les yeux

Pour retrouver la Trifide au milieu du fourmillement d'étoiles de la Voie lactée, vous pouvez zoomer dans une spectaculaire image réalisée en 2006 par l'astrophotographe Serge Brunier depuis le désert d'Atacama au Chili. La partie principale de la nébuleuse M 20 se révèle en rouge. Cette couleur est le résultat de l'ionisation d'un immense nuage d'hydrogène et de poussière par le rayonnement de jeunes astres chauds. Regroupées au centre de la nébuleuse à émission, ces étoiles forment un amas qui avait déjà été remarqué par Messier. Autour de la nébuleuse à émission rouge, les photographies dévoilent une nébuleuse par réflexion bleue. Pas assez chauffée pour être ionisée, cette nébuleuse poussiéreuse se contente de réfléchir la lumière de quelques étoiles voisines. C'est dans la partie nord de M 20 que la nébuleuse à réflexion dans le bleu est particulièrement visible.

A 53 ans, l'amateur américain Robert Gendler s'est déjà fait une solide réputation d'astrophotographe talentueux. Cette fois, Gendler n'a pas réalisé cette image depuis son observatoire du Connecticut. Il a confié les prises de vues à R. Hannahoe depuis l'observatoire Moorook en Australie. Gendler a ensuite assemblé et retouché les clichés pris avec différents filtres pendant un total de 35 heures avec un télescope de 40 centimètres de diamètre et une caméra CCD. Le résultat de toute beauté aurait comblé de bonheur Charles Messier !

Cela vous intéressera aussi