Sciences

Cassini offre de nouvelles images de Téthys, Dioné et Encelade

ActualitéClassé sous :Astronomie , sonde cassini , saturne

Pas de trêve du 15 août pour Cassini, en orbite autour de Saturne. Le week-end dernier, la sonde a photographié à nouveau trois des satellites de la planète aux anneaux.

Sur ce gros plan réalisé par la sonde Cassini, de la brume recouvre les failles au pôle sud du satellite Encelade. En médaillon des geysers de glace observés deux jours plus tôt. Crédit Nasa/SSI

Voilà déjà six ans que la sonde Cassininous envoie ses images de Saturne et de son environnement, et l'émerveillement est toujours le même devant la diversité des paysages photographiés. Une nouvelle fois la sonde a profité d'une configuration favorable pour étudier en détails trois satellites.

Avec un peu plus d'un millier de kilomètres de diamètre, Téthys est une sphère de glace gelée. Découvert par l'astronome français Jean-Dominique Cassini en 1684, Téthys porte le nom de la déesse de la mer dans la mythologie grecque. Ce satellite qui orbite à 300.000 kilomètres du centre de Saturne n'a peut-être pas toujours été gelé. Les planétologues pensent qu'il a pu accueillir un océan il y a fort longtemps. Aujourd'hui nous ne voyons de Téthys que sa surface fortement cratérisée ainsi que quelques failles, résultat probable de tensions dans la croûte gelée. Téthys a été photographié le 14 août alors que la sonde Cassini s'en trouvait distante d'environ 38.000 kilomètres.

La surface cratérisée du satellite Téthys. Crédit Nasa/SSI

De la brume sur Encelade

Dioné est le satellite de Saturne le plus dense après Titan, ce qui s'expliquerait par la présence d'un noyau rocheux sous la surface gelée. En raison de sa rotation synchrone (égale à sa période orbitale), ce satellite présente deux faces différentes : la face la plus cratérisée est celle tournée vers Saturne.

Les failles complexes qui s'entrelacent à la surface de ce satellite de 1.120 kilomètres de diamètre semblent témoigner d'une ancienne activité tectonique dont les manifestations sont actuellement observables sur Encelade. Le 14 août, la sonde Cassini s'est approchée à 120.000 kilomètres de Dioné et en a photographié sa face arrière (par rapport au sens de son déplacement).

La face "arrière" du satellite Dioné présente des failles, preuve d'une activité tectonique révolue. Crédit Nasa/SSI

Mais c'est Encelade qui aura eu les honneurs de la sonde le week-end dernier avec un survol à seulement 2.500 kilomètres. Deux fois plus petit que Téthys, Encelade est un satellite fascinant depuis qu'on y a observé des panaches de glace en 2005, une activité géologique qui alimente en glace l'anneau E le plus éloigné de Saturne. L'an passé, Cassini avait détecté dans ces panaches du sel de sodium, né de la lente dissolution des roches dans un océan liquide au cœur d'Encelade.

Le 16 août, Cassini a photographié une légère brume au-dessus des failles qui griffent le pôle sud du satellite. Cette brume est sans doute produite par la réflexion de la lumière solaire sur les particules glacées qui composent les panaches. Quarante-huit heures plus tôt, la sonde avait observé en contre-jour quelques-uns de ces geysers de glace.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi