Sciences

Astrophotographie : taches et filaments solaires

ActualitéClassé sous :Astronomie , astrophotographie , tache solaire

La reprise de l'activité solaire s'accompagne de nombreuses manifestations à la surface de notre étoile. Un suivi quotidien que les astronomes amateurs peuvent mener en observant dans certaines longueurs d'onde.

La surface solaire en H alpha : taches et filaments sont observables quotidiennement. © J. Walliang
  • Découvrez le Soleil en image

Bien que sa lumière soit éblouissante et puisse nous brûler la rétine, le Soleil est observé depuis longtemps, comme en témoignent des relevés de taches solaires dans de vieilles chroniques chinoises. Les Hommes se sont en effet très tôt intéressés à l'astre qui leur fournissait lumière et chaleur. Pour déceler des irrégularités à sa surface, il suffisait de regarder le Soleil lorsqu'il est très proche de l'horizon et que l'absorption atmosphérique en atténue considérablement la luminosité. Une occasion unique pour voir des taches sur le Soleil sans filtration particulière et pour assister à d'étonnants mirages comme celui observé dernièrement sur le Rio de la Plata.

C'est au XIXe siècle que l'astronome allemand Heinrich Schwabe découvrit le cycle d'apparition des taches solaires dont la durée est en moyenne de onze ans. Un cycle qui pourrait bien connaître de profonds bouleversements, si l'on en croît les récentes déclarations faites par plusieurs spécialistes lors du dernier congrès annuel de la Solar Physics Division of the American Astronomical Society, suggérant la disparition de ces taches pour les prochaines décennies.

C'est parce que les plus grosses taches solaires sont observables sans instrument au lever du Soleil qu'elles étaient déjà connues par les Chinois bien avant l'invention de la lunette astronomique. © J.-B. Feldmann

Des observations à la portée des amateurs

Les taches apparaissent sur le Soleil lorsque des perturbations magnétiques ralentissent l'apport de chaleur venant du centre de l'étoile. Une tache est moins chaude (4.500 °C) que la surface environnante (6.000 °C), ce qui la fait voir plus foncée. Les taches sont aussi accompagnées de filaments, des jets de plasma plus froids et plus denses que le reste de la couronne solaire dans laquelle ils se maintiennent en suspension sous la poussée de puissants champs magnétiques. Si les taches sont observables dans le domaine du visible, il n'en va pas de même pour les filaments qui ne peuvent être étudiés qu'en utilisant des filtres centrés sur la raie H alpha (656,3 nanomètres).

Domaine d'investigation réservé aux astronomes professionnels par le passé, l'étude des filaments solaires est désormais possible par les amateurs avec l'apparition depuis quelques années de lunettes solaires spécialement filtrées pour cet usage. L'image ci-dessous a été réalisée par Jacques Walliang le 2 octobre dernier avec une lunette H alpha de 60 millimètres de diamètre et une caméra CCD monochrome. Le cliché obtenu étant en noir et blanc, il a ensuite été colorisé.

À propos de Jacques Walliang

Connu sur notre forum d'astronomie sous le pseudo de cardon 14, Jacques Walliang pratique l'observation astronomique depuis fort longtemps. Même s'il ne s'est mis à l'astrophotographie qu'en 2008, un petit tour sur sa galerie Flickr nous permet de mesurer sa maîtrise du sujet. Il nous avait d'ailleurs présenté cet été sa propre vision de la galaxie M 101. Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi