L’année 2014 a commencé avec un bel astéroïde qui a brièvement illuminé un coin de ciel avant de disparaître au-dessus de l’Atlantique. Plutôt discret, mesurant moins de quatre mètres, 2014 AA s’est approché de la Terre pendant le réveillon du Nouvel An. Mais le premier janvier, à une heure du matin, un astronome veillait... Détecté avant la collision, l'astéroïde 2014 AA a pénétré dans l'atmosphère terrestre le 2 janvier et s'est désintégré au-dessus de l'Atlantique. Sa trajectoire a pu être précisément déterminée. Regardez ce qu'aurait vu un passager de ce petit corps céleste avant de s'enfoncer dans notre atmosphère.
Cela vous intéressera aussi

Installé à l'observatoire du mont Lemmon, en Arizona (États-Unis), le premier janvier 2014, Richard Kowalski repère un curieux point lumineux sur l'écran du télescopetélescope de 1,5 mètre qui fait partie du CSSCSS (Catalina Sky Survey). L'objet se montre dans la constellation d'Orionconstellation d'Orion. Il est 1 h 16 en Arizona. Dans l'heure qui suit, l'astronomeastronome enregistre sept fois sa position. Il se trouve alors à plus de 450.000 km. L'homme n'est pas un débutant : en 2008, il avait signalé l'arrivée de l'astéroïde 2008 TC3 une vingtaine d'heures avant sa désintégration au-dessus du Soudan.

Kowalski transmet l'information au Minor Planet Center qui publie les données 31 heures après la découverte. L'objet reçoit son nom : 2014 AA, premier de l'année. Où est-il alors ? Plusieurs astronomes se mettent à la tâche et concluent que l'astéroïde est entré dans l'atmosphèreatmosphère terrestre le 2 janvier vers 2 h 30 TU (soit 3 h 30 en France métropolitaine).

Le suivi de 2014 AA, alors qu'il n'avait pas encore été baptisé, quelques heures avant qu'il ne se désintègre dans l'atmosphère terrestre. © <em>Catalina Sky Survey, Lunar &amp; Planetary Laboratory, </em>université d’Arizona

Le suivi de 2014 AA, alors qu'il n'avait pas encore été baptisé, quelques heures avant qu'il ne se désintègre dans l'atmosphère terrestre. © Catalina Sky Survey, Lunar & Planetary Laboratory, université d’Arizona

Mais où est arrivé l’astéroïde 2014 AA ?

L'astronome Bill GrayGray publie un tracé longiligne qui résume les estimations, concluant à une région possible d'impact de ce petit corps céleste entre l'Amérique centrale et le Tchad. À l'université de Western Ontario, Peter Brown réunit les données sonores (des infrasons en réalité) enregistrées durant ce laps de temps. Selon lui, 2014 AA a dû se désintégrer au-dessus du milieu de l'Atlantique, à 1.800 km à l'ouest des îles du Cap-Vert, par 12° de latitudelatitude nord.

Pasquale Tricarico, chercheur au Planetary Science Institute à Tucson, en Arizona, s'amuse à reconstituer et visualiser ce qu'aurait vu un hypothétique passager de ce gros caillou entre le moment de sa découverte et son entrée dans la dense atmosphère de la TerreTerre.

L'approche de la Terre, vue par 2014 AA. © Pasquale Tricarico

L'approche de la Terre, vue par 2014 AA. © Pasquale Tricarico

L'astéroïdeastéroïde ne devait pas être bien gros selon le CSS -- entre un et trois mètres --, et sa désintégration a dû représenter une énergieénergie équivalente à l'explosion de 500 à 1.000 tonnes de TNTTNT, estime Peter Brown. De quoi faire du bruit, mais l'événement est loin de la chute de la météoritemétéorite de Tcheliabinsk et ses 500.000 tonnes de TNT. Même si l'entrée atmosphérique s'était déroulée au-dessus des terres, aucun dégât n'aurait été à craindre. En revanche, cette observation démontre que la surveillance du ciel et des géocroiseurs (les objets à qui il arrive de s'approcher de la Terre) peut parfois fonctionner pour des objets très petits.