Sciences

Un télescope militaire américain va surveiller l'orbite géostationnaire

ActualitéClassé sous :Astronautique , débris , débris spatiaux

La Darpa, agence de recherche dépendant de l'armée des États-Unis, met au point un télescope terrestre conçu pour surveiller l'orbite terrestre, qui sera opérationnel d'ici quelques mois. Silence radio sur les performances de ce Space Surveillance Telescope... On peut penser que sa résolution lui permettra de détecter des objets de l'ordre du mètre sur les orbites géosynchrones, à 36.000 kilomètres du sol.

Ce télescope terrestre de la Darpa est spécifiquement conçu pour voir dans le visible des objets de très petites tailles à des distances remarquables de la Terre (36.000 km). Lorsqu'il sera opérationnel, il complétera la gamme des télescopes américains dédiés à la surveillance du ciel et le recensement des objets (débris, satellites, résidus de lanceurs) qui encombrent les orbites. © Darpa

La surveillance de l'espace est devenue un enjeu stratégique pour les puissances spatiales, en particulier pour les États-Unis, dont les activités économiques et militaires dépendent le plus de l'espace. Une situation qui a conduit ce pays à mettre en place un important réseau de surveillance de l'espace.

Ce système comprend de nombreux radars et des installations optiques permettant de surveiller l'espace proche et de tenir à jour l'inventaire des éléments orbitaux de tous les objets repérés. Il est complété du réseau électro-optique de l'espace lointain GEODSS qui a pour tâche de suivre et localiser les objets en orbite géostationnaire.

Ces réseaux semblent suffisants pour traquer les débris en orbites basses, à quelques centaines de kilomètres d'alitude, mais montrent certaines limites pour la surveillance des objets placés sur des orbites géosynchrones, à 36.000 kilomètres. Or, à mesure que les satellites en orbites basses deviennent de plus en plus vulnérables à des systèmes d’armes terrestres ou spatiales, les États-Unis sont contraints d'envisager le développement de satellites remplissant le même type de mission mais depuis des promontoires bien plus élevés. D'où la nécessité de s'assurer de l'état des orbites géosynchrones...

Ce télescope a été mis au point avec l'aide du Massachusetts Institute of Technology et de L-3 Brashear Corporation. © Darpa

Un télescope à l'œil de lynx

La Darpa, l'agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, vient de mettre au point un télescope terrestre de 3,5 mètres capable de voir des objets situés à quelque 36.000 kilomètres. Une performance remarquable quand on sait que la longueur d'onde utilisée est le visible.

Ce nouveau télescope à 110 millions de dollars se caractérise par un miroir asphérique qui permet d'obtenir des vues à grand champ. Il couvrira la totalité du ciel bien plus rapidement que ne le font les télescopes du réseau GEODSS. Ses images seront plus précises et plus fines de sorte qu'elles pourront également être exploitées par les scientifiques pour des relevés ou des sondages d'étoiles ou de comètes.

Quant à ses capacités d'observation, elles sont confidentielles. Interrogée, la Darpa n'a pas répondu. On sait seulement que la sensibilité de ce télescope à la lumière lui permet de voir des objets faiblement lumineux dans l'espace lointain, actuellement impossibles à observer. Ce qui laisse à penser qu'il pourra repérer des objets de moins d'un mètre à 36.000 kilomètres et de quelques centimètres, voire moins, à très basse altitude.

Pour l'instant, ce télescope n'est pas encore opérationnel. Les premières images qu'il a réalisées ont agréablement surpris les ingénieurs qui poursuivent son étalonnage et s'apprêtent à débuter une phase de démonstration.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi