Dimensionné pour l’emport de satellites d’observation et de charges utiles scientifiques de petites tailles, le lanceur Vega va se frotter aux lanceurs russes Dniepr et Eurockot qui ont lancé de nombreux satellites de l'Esa. Crédits Esa / D.Ducros / S. Corvaja

Sciences

Arianespace prépare son petit lanceur Vega

ActualitéClassé sous :Astronautique , Vega , Arianespace

La fusée Ariane 5 est parfois trop grosse, car il faut aussi savoir lancer des satellites de petites tailles en orbite basse. Des lanceurs légers, comme les missiles russes recyclés, répondent aujourd'hui à ce besoin. Arianespace veut profiter de ce marché et s'est associé à l'Esa pour concevoir un nouveau lanceur, Vega, déjà sur les rails.

Arianespace et l'Agence spatiale européenne ont signé les contrats de production des premiers lanceurs Vega. En phase finale de développement, ce lanceur répond aux attentes des clients d'Arianespace qui veulent lancer des petits satellites en orbite basse ou héliosynchrone. Ces contrats concernent le premier lancement de Vega, prévu début 2011, et ceux du programme Verta (Vega Research and Technology Accompaniment), qui prévoit cinq lanceurs. ADM Aeolus, Lisa Pathfinder, l'IXV, trois missions de l'Agence spatiale européenne, sont les premières charges utiles qui seront lancées entre 2011 et 2012.

Vega est un petit lanceur de 30 mètres de haut composé du P80, Zefiro 23 et Zefiro 9, trois étages à propergol solide d'origine européenne développés par Europropulsion et European Launch Vehicle (ELV), l'industriel en charge du programme. Ils sont surmontés du module supérieur AVUM (Attitude and Vernier Upper Module) à ergols stockables d'origine russo-ukrainienne et d'une coiffe abritant les charges utiles. L'AVUM permet le contrôle d'attitude et d'orbite, la séparation des satellites et la désorbitation.

Corriger le tir

Actuellement, Arianespace propose la famille Ariane 5, le lanceur russe Soyuz depuis Baïkonour et bientôt la Guyane. Il faut en effet une large gamme pour lancer tous les satellites proposés sur les marchés commerciaux et institutionnels. La seule Ariane 5 ne peut suffire, mal adaptée qu'elle est aux satellites de petites tailles. Cette situation fait les beaux jours des anciens missiles russes reconvertis en lanceurs, qui ont raflé ces dernières années le lancement de nombreux satellites institutionnels européens, essentiellement scientifiques.

Situé dans la catégorie des petits lanceurs capables de placer sur orbite polaire (700 kilomètres) des charges utiles de quelque 1.500 kg, Vega vise le marché des lancements commerciaux de satellite de la classe 1 tonne pour des missions en orbite basse circulaire (entre 200 et 1.500 km d'altitude). Arianespace ambitionne donc de corriger le tir et faire de ce lanceur « le meilleur de sa catégorie ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi