La tête présumée de la statue d'Hercule a été découverte dans l'épave d'Anticythère. © Nikos Giannoulakis
Sciences

Anticythère : un nouveau mystère de résolu

ActualitéClassé sous :archéologie , Grèce , fouille sous-marine

Il y a près de 2.000 ans, un navire a fait naufrage au large de la Crête. Le buste d'une statue sans tête avait depuis été remonté à la surface mais l'identité de cette effigie demeurait un mystère... qui vient d'être percé à jour.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un sous-marin tortue aide les archéologues à explorer les épaves  L’archéologie sous-marine est un domaine exceptionnellement riche mais cette pratique reste risquée, notamment lors de l’exploration d’épaves ou de bâtiments engloutis. Face à ce problème, une équipe de scientifiques tente de développer l'utilisation de robots sous-marins. La chaîne Euronews nous en dit plus dans ce nouvel épisode de Futuris. 

La machine d'Anticythère est bien connue pour avoir donné du fil à retordre aux archéologues tant la compréhension de son mécanisme et de son utilité a été débattue. Ce que l'on sait moins cependant, c'est que cette machine a été découverte en un seul exemplaire, dans une épave découverte à l'aube du XXe siècle, non loin de l'île grecque d'Anticythère. L'épave d'Anticythère date d'environ 60 ans avant J.-C. et mesure une quarantaine de mètres de long. Elle a de nombreux trésors à livrer et elle fait actuellement l'objet d'une campagne de fouilles archéologiques sous-marines (programme débuté en 2021 et prévu jusqu'en 2025). Au cours de la récente période de recherche, de mai à juin, de gros blocs de roche pesant jusqu'à 8,5 tonnes ont été déplacés, ce qui a permis aux archéologues d'accéder à des portions de l'épave encore inexplorées.

Le socle d'une statue de marbre a également été remonté à la surface par les plongeurs, aidés de parachutes remplis d'air. © Nikos Giannoulakis

Utiliser la tête

Ils ont ainsi pu remonter à la surface la tête d'une statue dont le buste avait été découvert un siècle plus tôt. Cette tête barbue représenterait, selon les archéologues, celle du demi-dieu Hercule. Elle vient compléter la collection de restes hétéroclites livrés par l'épave tels qu'un squelette humain surnommé Pamphilos et des bijoux. Deux dents humaines ont également été découvertes dans des dépôts marins, qui pourront permettre d'effectuer des analyses isotopiques et de comprendre un peu mieux qui étaient les personnes à bord de cet énigmatique navire qui fit naufrage, il y a de cela près de 2.000 ans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !