Sciences

SpaceShip Two réussit son premier vol !

ActualitéClassé sous :aéronautique , Astronautique , SpaceShip Two

-

Le vaisseau spatial de Virgin Galactic a réussi son premier essai. Largué du grand avion WhiteKnight Two, il s'est posé sans encombre dans le désert de Mojave, avec deux pilotes à bord. À suivre en vidéo.

Le WhiteKnight Two décolle du Mojave Air and Space Port portant sous son aile le SpaceShip Two afin de l'emporter au-delà de dix mille mètres d'altitude. Tout semble prêt pour les premiers spatiaux. Le tarif n'est pas encore communiqué. © Virgin Galactic (extrait de la vidéo)

Dimanche 10 octobre, l'étrange WhiteKnight Two (43 mètres d'envergure, deux fuselages, quatre réacteurs) s'est envolé au-dessus du désert de Mojave. Sous son aile immense, il emportait un petit appareil râblé, SpaceShip Two, destiné dans 18 mois à effectuer les premiers vols spatiaux touristiques de Virgin Galactic. Le film du vol peut être vu sur le site de Virgin Galactic.

À 13.700 mètres, l'engin s'est séparé de son avion-porteur et a commencé son plané solitaire. À cet instant, l'équipage du SpaceShip Two, Pete Siebold (pilote) et Mike Alsbury (co-pilote), avait déjà réussi le premier objectif de la mission du jour : mettre à l'épreuve la technique de largage.

Le SpaceShip Two vient de se séparer du WhiteKnight Two. Le tandem semble fiable et peut désormais adopter l'appellation définitive : l'engin spatial s'appelle VSS Enterprise (VSS pour Virgin Space Ship et Enterprise parce qu'on ne présente plus la série Star Trek) et l'avion devient le VMS Eve, pour Virgin Mother Ship. © Virgin Galactic (extrait de la vidéo)

Vol plané

Le vol était celui d'un planeur : quand le SpaceShip Two reviendra de l'espace, il le fera sans moteur, comme les navettes spatiales de la Nasa. Son réacteur, en effet, ne sert qu'à la propulsion jusqu'à la limite de l'espace, vers 100 kilomètres d'altitude.

Le vol est ensuite balistique et suit une parabole, comme celle d'une pierre que l'on lance, ce qui assure quelques minutes d'apesanteur pour les occupants. La gravité terrestre assure gratuitement le retour vers la planète. Ne reste qu'à piloter ce planeur pour le ramener sur la piste qui a servi au décollage.

C'est ce qu'ont réussi les deux hommes après un vol d'une quinzaine de minutes. Cet essai est convaincant mais les premiers candidats au départ ne l'ont pas attendu : les réservations semblent pleines pour plusieurs années.

Cela vous intéressera aussi