Santé

Comment détecter un Toc ?

Dossier - Mieux comprendre les Toc, troubles obsessionnels compulsifs
DossierClassé sous :médecine , TOC , trouble obsessionnel compulsif

-

Derrière les gestes maniaques communément appelés Toc se cache une pathologie complexe, le trouble obsessionnel compulsif, qui peut devenir handicapante et traduit un mal-être.

  
DossiersMieux comprendre les Toc, troubles obsessionnels compulsifs
 

Les outils dont disposent les spécialistes pour repérer les Toc chez un patient reposent essentiellement sur la fréquence de l'observance des rituels. Dès qu'une personne pratique au minimum une heure de rituels par jour, elle peut être déclarée comme étant sujette à des Toc. Mais elle peut effectuer ces Toc jusqu'à huit heures par jour.

Détecter un Toc. © Pexels, CCO

Comment détecter la maladie ?

Dès lors que le patient commence à se plaindre des troubles qu'il subit et qu'ils l'empêchent de mener une vie sereine, il n'hésite pas à consulter son médecin. Le docteur Alain Sauteraud explique que « grâce à la médiatisation qui a été faite autour du trouble obsessionnel compulsif, une personne atteinte vient plus facilement consulter un médecin. Auparavant, il cédait au sentiment de honte de cette maladie et la dissimulait. Maintenant, le patient vient de lui-même plus facilement, car il se rend compte du problème qu'il rencontre. Le corps médical estime que dès lors qu'une personne souffre d'une heure d'obsessions ou de compulsions par jour, celle-ci est en proie au Toc. Mais le plus souvent, les patients viennent consulter quand ils observent eux-mêmes deux ou trois heures d'obsessions-compulsions par jour. »

À partir de 6 ou 7 ans, les enfants « à risque » doivent être surveillés et les symptômes du trouble obsessionnel compulsif ne doivent pas être mis de côté. © DR

Les enfants, premières personnes touchées par les Toc

Les spécialistes estiment que les premières apparitions des troubles obsessionnels compulsifs commencent dès l'âge de six ou sept ans en moyenne (au plus tard, la maladie se déclare avant l'âge de 25 ans environ) et touchent en majorité le sexe masculin, pour une prévalence atteignant entre 1 et 4 % des enfants. Dans un article de 2001 intitulé Le trouble obsessionnel compulsif, le psychologue Jacques Sirois précise que « les premiers symptômes apparaissent pour les deux tiers des personnes avant l'âge de 25 ans (un tiers avant 15 ans). L'âge de début est plus précoce chez les hommes que chez les femmes : entre 6 et 15 ans pour les hommes, et entre 20 et 29 ans pour les femmes. »

La précocité des symptômes appelle donc à la plus grande vigilance dès le plus jeune âge. D'où l'importance du dépistage au plus tôt, pour éviter des années de souffrance et donner une possibilité de soigner au mieux et plus efficacement ce type de pathologie. Ainsi, parents et enseignants jouent un rôle de premier ordre pour observer tout trouble qui pourrait faire l'objet d'une prise en charge déterminante pour l'avenir d'un enfant ou d'un jeune adulte.