Santé

Conclusion

Dossier - Etude de la réaction inflammatoire, Partie 2
DossierClassé sous :médecine , réaction inflammatoire , cyclooxygénases

-

(Partie 2) La réaction inflammatoire est déclenchée pour lutter contre une agression extérieure, et de ce point de vue elle est indispensable pour préserver le bon fonctionnement de l'organisme. Par contre, lorsque cette réaction prend trop d'ampleur, elle devient néfaste et peut perturber différents processus physiologiques régissant le corps humain. Nous nous sommes intéressés à deux enzymes clés de l'inflammation : la protéine kinase C et les cyclooxygénases.

  
DossiersEtude de la réaction inflammatoire, Partie 2
 

La protéine kinase C joue un rôle essentiel dans la transmission de l'information entre les cellules et à l'intérieur de celles-ci. Nous avons pu voir que son action dans les réseaux de signalisation était indispensable et complexe. A ce jour, les différents mécanismes (phosphorylation, translocation ou liaison à des protéines d'ancrage) permettant son activation ne sont pas entièrement élucidés, expliquant le nombre important d'études concernant cette enzyme. L'importance de ces recherches est d'autant plus indispensable que la protéine kinase C est impliquée plus ou moins directement dans de nombreuses pathologies.

Nous avons mis au point un modèle utilisant la flambée respiratoire chez le granulocyte neutrophile humain. La molécule qui a servi à cette partie de l'expérimentation est le chlorure de chélérythrine qui est connu pour être un inhibiteur naturel de la PKC.
Ainsi, nous sommes capables de montrer une action directe sur l'enzyme par une étude de liaison, nous pouvons déterminer si le composé possède une action préférentielle pour une des isoformes présente dans nos cellules en visualisant la translocation de cette enzyme du cytoplasme vers la membrane plasmique au cours de son activation et enfin une activité au niveau cellulaire peut être montrée en déterminant l'activité antioxydante sur les granulocytes neutrophiles.

Ensuite, nous avons cherché à voir si d'autres composés donnés comme inhibiteurs de la Rho-kinase (la HA-1077 et le Y-32885) pouvaient avoir une action sur l'activité de la protéine kinase C. Il s'est avéré que les molécules possèdent une activité antioxydante due à une inhibition de l'enzyme étudiée. Nous avons alors testé des composés, synthétisés à l'Institut de Chimie Pharmaceutique Albert Lespagnol, ayant des propriétés inhibitrices envers la Rho kinase. L'un d'entre eux s'est montré actif sur la protéine kinase C, ce qui nous a permis d'établir un certain nombre de relations structure-activité.

La deuxième partie du travail a consisté à mettre au point un modèle dans le but d'étudier des molécules originales inhibitrices spécifiques de la cyclooxygénase -2 par rapport à la cyclooxygénase-1. En effet, dans les cas d'inflammation où la prise d'AINS est indispensable, cela entraîne des effets néfastes tels que des troubles au niveau du tractus gastro-intestinal, des reins ou sanguins.

Les modèles habituellement publiés utilisent des conditions et types cellulaires ne prenant pas en compte la réalité physiologique de la cellule. Nous avons donc défini le choix cellulaire, les conditions d'activation et les éléments indispensables pour reproduire le plus fidèlement possible le milieu biologique de départ, afin d'étudier l'influence des molécules originales sur l'activité enzymatique de chacune des isoformes de la cyclooxygénase.

Après avoir validé le modèle avec des composés de référence comme l'aspirine ou l'ibuprofène (pour des médicaments non spécifiques) et le nimésulide (comme médicament spécifique de la COX-2), nous avons testé les molécules originales qui nous ont été fournies. A partir des constantes d'inhibition que nous avons pu calculer, nous avons été capables d'établir plusieurs relations structure-activité visant à améliorer l'activité inhibitrice vis à vis de la COX-2, de la diminuer pour la COX-1 et les propriétés qui favorisent la sélectivité envers la COX-2 par rapport à la COX-1.

Comme certaines molécules se sont avérées actives, il est facilement envisageable de transposer ce modèle in vitro vers un modèle in vivo chez l'animal et ainsi de pouvoir visualiser l'effet antiinflammatoire de ces composés sur un organisme entier. Il sera également nécessaire de choisir différents paramètres physiologiques pour voir si les effets secondaires régulièrement observés sont atténués ou non.