Santé

Un système psychique artificiel

Dossier - Conscience artificielle, principes architecturaux
DossierClassé sous :biologie , conscience , vie artificielle

-

Transposer un système psychique humain dans un système informatique orienté multi-agent et connecté en temps réel à des corps de robots et à des mécanismes de contrôle-commande, est un objectif scientifique aujourd'hui réalisable. Il s'agit de construire un système unifiant matériels et logiciel complexes permettant une totale indépendance comportementale, et avec des envies, des soucis, des émotions et un certain profil psychologique.

  
DossiersConscience artificielle, principes architecturaux
 

La question de l'architecture qui contrôle les agents logiciels formant le substrat du système est évidemment le point central. Il y a contrôle, mais ni impératif, ni directif ni aléatoire. On dispose de modèles explicatifs du principe de fonctionnement de l'appareil psychique, après les travaux de l'inventeur de la psychanalyse, Sigmund Freud, et de ses successeurs. Ces modèles proposent des architectures générales pour un système de production de pensées avec ses contraintes et ses multiples défaillances possibles, c'est-à-dire ses pathologies. Mais il n'y a pas vraiment eu de rencontre entre ces modèles conceptuels et l'informatique, où l'on spécifie habituellement à l'avance tous les cas de fonctionnement des systèmes que l'on construit. La transposition n'a pas vraiment été envisagée, sans doute parce que les concepts informatiques n'étaient pas assez développés et les modèles de systèmes psychiques paraissaient trop abstraits ou trop vagues. Aujourd'hui, la transposition peut se faire, par synthèse constructiviste, en réinterprétant certaines topiques freudiennes.


Les composants principaux du système psychique humain : du non conscient au conscient éprouvé en passant par le pré-conscient

Notre thèse centrale sera qu'un système psychique peut être développé sur un autre support que le réseau neuronal d'un cerveau, et notamment sur le support fourni par des agents informatiques en cours d'exécution, lorsqu'ils sont multiples et constituent de vastes organisations dynamiques, lorsqu'ils sont rendus co-actifs et s'auto-contrôlent, avec ajustement continu de ce contrôle.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Les fonctions et les relations dans le système psychique humain : la mise en liaison des composants montrant la complexité.

Précisons ce que peut être une représentation interne pour un système générateur de pensées artificielles :

  • Une représentation interne est un objet interne, totalement reconstruit à chaque fois, apparaissant sous la forme d'activités simultanées d'agents manipulant des symboles et produisant des conformations à plusieurs échelles. Cette association de calculs en exécution, concurrents et parallèles, se représente sous forme de déploiements géométriques, de manière fractale.

L'objectif du système est de produire de telles représentations, en s'engageant de luimême à les produire, en en contrôlant la production et en la mémorisant de façon appropriée.

Un système qui génère des pensées artificielles devra donc avoir des pulsions vues comme des tendances fondamentales, un inconscient vu comme un ensemble de processus latents ancrant les souvenirs d'événements vécus ou artificiels, un préconscient permettant de localiser et d'agréger les processus émergents, et un conscient, un processus très spécifique permettant au système d'éprouver ses propres productions : générer effectivement la sensation de penser à quelque chose et le sentiment de soi en action de génération de pensées.

Le système devra, d'une certaine façon, être conscient de ce qu'il engendre comme formes dynamiques organisées au sens où il les observera par nécessité, où il les manipulera, s'en servira pour planifier des activités physiques évaluées et appréciées en agissant dans l'environnement par les organes de son corps. Puis, en en tenant compte, il en générera d'autres et les mémorisera sous une forme réduite, non factuelle, pour en conserver une certaine trace. La question très importante de la mémorisation revient à ancrer non seulement des concepts mais des appréciations de faits et d'événements représentés par des objets internes, et évidemment pas par d'innombrables symboles factuels.

Le système devra donc avoir un "vécu artificiel", tel que l'entendait Paul Ricoeur, radicalement différent d'un ensemble d'informations factuelles structurées comme le sont les bases de données, et lui permettant de rappeler des événements artificiels valant pour une vie passée réelle ou artificielle, pour les expériences nécessaires à ses aptitudes courantes. Il augmentera cette mémoire par des événements qu'il vivra d'une certaine façon en les gérant et en les ressentant. La création de ce vécu artificiel conditionnera finement son profil psychologique. Cette construction n'est pas un problème simple, c'est même le grand travail pluridisciplinaire de construction de l'esprit artificiel aujourd'hui.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir
La transposition informatique du système psychique avec les principaux composants et processus logiciels : les composants et leurs relations sont remplacés par des entités informatiques de type processus avec contrôle et modification des flux de processus. Le résultat est un système complexe, auto-adaptatif, qui ne se ramène pas du tout à un algorithme déterministe.