Santé

Busserole

DéfinitionClassé sous :médecine , botanique , arbrisseau
Rappelons enfin que la busserole est contrindiquée à la femme enceinte ou allaitante, ainsi qu’aux enfants. © F. Le Driant / FloreAlpes.com

Arbrisseau à tiges rampantes et couchées, la busserole se compose de feuilles vertes de forme ovale, avec de petites fleurs blanches ou rosées. À la fin de l'été, ces dernières donnent des baies rouges à la saveur âcre.

La busserole pousse dans les forêts montagneuses et dans les clairières humides. En phytothérapie, elle serait efficace pour lutter contre les infections urinaires. Les feuilles de busserole sont récoltées au printemps. Elles sont prélevées délicatement et en faibles quantités, afin de préserver la plante. Séchées rapidement, en plein soleil ou en séchoir, ces feuilles seront ensuite utilisées sous forme d'infusion. Elles entreront également dans la composition de diverses spécialités pharmaceutiques (poudres, gélules...).

La busserole, contre les infections urinaires

La busserole est dotée de propriétés antibactériennes. Prise en infusion à raison de 3 ou 4 tasses par jour, elle favoriserait ainsi la lutte contre les infections urinaires. Si vous êtes concerné(e), demandez toutefois l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. La consommation de busserole en effet, ne doit pas se prolonger. Et elle doit être accompagnée de certaines règles diététiques strictes : si les fruits et les légumes frais peuvent être consommés à volonté, viandes et laitages le seront en quantités limitées. Quant à la charcuterie, elle doit être purement et simplement évitée. En effet, ces aliments ont tendance à acidifier l'organisme, ce qui favorise le développement de bactéries et donc les cystites...

Sources :

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourrez régulièrement à la phytothérapie.