Et si notre immunitéimmunité était aussi héréditairehéréditaire ? Une étude parue dans Nature Immunology fournit différents arguments en faveur de cette hypothèse. Plusieurs universités européennes ont collaboré et réalisé leurs expériences sur des souris qui ont été infectées avec une dose presque mortelle de Candida albicans, une levure pathogènepathogène, ou un antigèneantigène issu de celle-ci.

Voir aussi

Immunologie : à la recherche de l’âme sœur

Ces souris se sont reproduites et leurs descendances possèdent plusieurs modifications cellulaires, de développement et épigénétiques liées aux cellules myéloïdesmyéloïdes résidant dans la moelle osseusemoelle osseuse. De plus, l'immunité des souris issues des parents ayant survécu à l'infection réagit plus intensément à une infection par l'endotoxineendotoxine et les souris sont plus résistantes aux infections bactériennes. Ces traits semblent être transmis par les mâles, car l'ADNADN dans le spermesperme des individus infectés porteporte des traces de méthylationméthylation, une modification de l'ADN dite épigénétique, dans la région génétiquegénétique qui regroupe des gènesgènes codant pour les effecteurs de l'immunité.