Des signes précurseurs peuvent survenir dans les sept jours précédant un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique.
Cela vous intéressera aussi

80 % des AVC sont ischémiques, c'est-à-dire causés par le rétrécissement des artèresartères du cerveaucerveau ou par des caillotscaillots qui bloquent le flux sanguin alimentant le cerveau. Ils sont souvent précédés par un accident ischémique transitoireaccident ischémique transitoire (AIT), sorte de mini-accident dont les symptômessymptômes sont similaires à ceux d'un accident majeur. Ces mini-accidents durent moins de cinq minutes et n'endommagent pas le cerveau.

L'étude s'est basée sur l'examen de 2.416 personnes victimes d'un AVC ischémiqueischémique. Parmi celles-ci, 549 avaient eu auparavant l'expérience d'un AIT. Dans la plupart des cas, ces AIT sont intervenus dans les sept jours précédents. Les chercheurs savaient que les AIT constituaient dans de nombreux cas un précurseur d'accidents majeurs, mais ils n'étaient pas en mesure d'évaluer le degré d'urgence d'une prise en charge destinée à prévenir les AVC ischémiques et les dommages qu'ils causent au cerveau.

L'étude, parue dans le numéro du 8 mars 2005 de Neurology, revue de l'Académie Américaine de NeurologieNeurologie, indique la nécessité d'initier un traitement dans les heures qui suivent un AIT.