Une équipe mixte Institut Pasteur-Inserm a décrypté d'importants mécanismes de mise en place du système immunitaire chez le nouveau-né. Cette étude permet de comprendre pourquoi les nourrissons sont sensibles aux infections précoces qui provoquent une mortalité importante, particulièrement dans les pays en développement. La compréhension de ces mécanismes ouvre la voie à de nouveaux types de traitements et de vaccins adaptés à la protection des nouveau-nés.
Cela vous intéressera aussi

Les cellules du système immunitairesystème immunitaire s'engagent, à la naissance, dans une voie de différenciation qui ne leur permet pas de lutter efficacement contre les infections, alors qu'elles en possèdent la capacité. C'est ce qu'ont montré, chez la souris, Richard Lo-Man, Claude Leclerc et leurs collaborateurs (Unité de Biologie des Régulations Immunitaires, Equipe Inserm 352) à l'Institut Pasteur, Paris.

Maillon essentiel de la réponse immunitaire, les lymphocyteslymphocytes T CD4+ peuvent être classés en deux sous groupes en fonction de leurs propriétés : les lymphocytes Th1 s'attaquent spécifiquement aux pathogènespathogènes intracellulaires et aux infections virales, tandis que les lymphocytes Th2 s'attaquent prioritairement aux parasitesparasites et sont aussi impliqués dans les allergiesallergies. S'il était bien connu que les réponses immunitaires du nouveau-né sont essentiellement du type Th2 - ce qui explique pourquoi les bébés sont si vulnérables à certaines infections - les mécanismes qui entraînent cette orientation différente de celle de l'adulte demeuraient jusqu'alors obscurs.

Ces chercheurs ont montré que les lymphocytes T du nouveau-né sont parfaitement capables de se différencier en lymphocytes Th1 et d'apprendre ainsi à reconnaître et combattre les pathogènes. C'est l'environnement cellulaire, et plus particulièrement les lymphocytes B dits CD5+, en liaison avec les cellules dendritiques - essentielles pour stimuler les réponses immunitaires - qui bloquent la voie de différenciation Th1 et favorisent la voie Th2. Cette étude a établi que les cellules dendritiques de souriceaux nouveau-nés, placées dans un environnement favorable, engagent les cellules T dans la voie Th1. Les chercheurs ont également réussi à induire, in vitroin vitro, l'activation des cellules dendritiques permettant cette différenciation Th1 des cellules T. Cela a été possible en les stimulant à l'aide de petites moléculesmolécules synthétiques. Mais, les auteurs de cette étude ont démontré que cette stimulationstimulation est inhibée chez le nouveau-né par un fort taux de production d'interleukineinterleukine 10 - un anti-inflammatoireanti-inflammatoire naturel produit par des lymphocytes B du type CD5+.