Santé

Enquête au pays des Mammouths : un spécimen à l'épaisse fourrure blonde

ActualitéClassé sous :vie , mammouth , couleur

Il y a plus de dix mille ans, la couleur des mammouths laineux qui foulaient le sol était-elle aussi unie que celle que l'on peut observer dans les musées et sur les illustrations ? Non, pas si l'on en croit une étude parue le 7 juillet dans la revue Science...

Les mammouths laineux en noir et blanc ? Non, pas seulement !

Des mammouths blonds retrouvés dans la glace ?

Les mammouths laineux (Mammuthus primigenius) étaient probablement plus hauts en couleur qu'on ne le pensait, et les descriptions que les naturalistes en font usuellement dans la littérature - une épaisse fourrure brune dont les poils peuvent atteindre 90 centimètres de long - pourraient bientôt arborer des teintes plus chatoyantes.

Des naturalistes soupçonnaient déjà certains mammouths de présenter une fourrure rougeâtre ou blonde. En effet, des poils retrouvés sur des cadavres pris dans la glace en témoignaient. Seulement, comme l'explique Michael Hofreiter, de l'institut Max Planck en Allemagne, ils ignoraient encore si ces couleurs étaient liées à des facteurs génétiques, ou si elles étaient simplement dues à une décoloration intervenue au fil du temps.

L'ADN a parlé

En extrayant de l'ADN d'un os de mammouth laineux retrouvé en Sibérie, l'équipe de Michael Hofreiter pense avoir trouvé la réponse à cette question. Il s'agit d'une réponse haut en couleurs, puisqu'elle permet d'avancer que certains de ces éléphantidés avaient une fourrure blonde ou rousse. En analysant cet échantillon vieux de 43.000 ans, les chercheurs y ont trouvé le gène Mc1r, un gène bien connu pour coder une protéine influençant la couleur des poils chez l'homme et d'autres mammifères actuels.

Le gène Mc1r, responsable de la pigmentation de la souris et des mammifères actuels, a été retrouvé dans un os de mammouth (Crédits : Science/Knut Finstermeier)

Michael Hofreiter a identifié deux versions de ce gène, dont la première - à l'origine d'une pigmentation brune - est plus active que la seconde - à la base d'une pigmentation plus claire, blonde ou rousse. De nos jours, la présence d'une seule copie de la version active chez un mammifère donne lieu à des poils bruns, tandis qu'il faut usuellement deux exemplaires de la version semi inactive pour obtenir des teintes plus claires.

Le mammouth étudié par l'équipe disposait des deux versions. Sa fourrure devait donc être brune. Si les mammouths blonds étaient sûrement minoritaires parmi leurs congénères plus foncés, il y a fort à parier que les poils clairs retrouvés dans la glace reflétaient bien la couleur de leur propriétaire. Décidément, les mammouths nous en font voir de toutes les couleurs !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi