Encore 6 millions de non-vaccinés en France ! Le gouvernement cherche à tout prix à encourager la vaccination. La dose de rappel peut désormais être effectuée dès 4 mois après la dernière injection. Contre le très contagieux Omicron, cela suffira-t-il ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment fonctionne un vaccin à ARN messager ? Pfizer et Moderna ont choisi cette technique de pointe pour concevoir en un temps record leur null

Le variant OmicronOmicron se propage à la vitesse de l’éclair sur toute la Planète. Il devrait devenir dominant dans les semaines qui viennent. Les scientifiques se mobilisent pour essayer de mieux le comprendre pour mieux le combattre. De nouvelles données concernant l'efficacité des vaccinsvaccins viennent d'être publiées. Il se pourrait bien que même les personnes ayant reçu trois doses de vaccin ne soient pas entièrement protégées contre ce nouveau variant extrêmement contagieuxcontagieux. Plus inquiétant encore, la protection conférée par la dose de rappel ne serait effective que quelques semaines...

La 3e dose, ou dose de rappel, ne suffirait pas

Une étude non encore publiée suggère que le variant Omicron serait en partie résistant aux anticorps de patients convalescents mais aussi aux anticorpsanticorps de patients au schéma vaccinal complet (deux doses d'un vaccin à ARNm + boosterbooster). Ces informations sont confirmées par le P.-D.G. de BioNTech, qui a conçu le vaccin avec Pfizer : « Même les triples vaccinés sont susceptibles de transmettre la Covid-19Covid-19. Il y aura une perte d'efficacité contre Omicron avec le temps... Nous sommes loin des 95 % d'efficacité que nous avions obtenus contre le virusvirus initial », renchérit-il.

Voir aussi

Variant Omicron : le vaccin Pfizer ne serait plus efficace qu'à 23 % mais protégerait encore des formes graves !

Après la deuxième dose, l’efficacité du vaccin ne serait que de 20 %. Celle-ci monterait à 70 % après la troisième dose... pendant un certain temps. Trois mois seulement après la 3e dose, l'efficacité retomberait en dessous des 25 %. Malgré ces données affolantes, il semblerait en revanche que la protection contre les formes graves de la maladie demeure.

Nous sommes loin des 95 % d’efficacité que nous avions obtenu contre le virus initial 

Pourquoi le variant échappe aux vaccins ?

Une des particularités du variant Omicron est son nombre impressionnant de mutations sur la protéine Spike. La protéine Spike est une protéine essentielle dans le mode de fonctionnement des vaccins et des thérapies par anticorps monoclonauxanticorps monoclonaux actuellement disponibles.

Dans le cas du vaccin, l'ARNm contient le plan de fabrication de la protéine Spike. Lors de l'injection du vaccin, notre organisme va la fabriquer et l'exposer à la surface de nos cellules. Au contact de la protéine Spike, les cellules immunitaires vont produire des anticorps contre le virus. Notre corps sera déjà armé s'il rencontre le virus... sauf si la protéine Spike produite avec le vaccin diffère trop de la protéine Spike des variants en circulation. Plutôt que de se faire vacciner tous les 3 mois, il faut adapter le vaccin aux variants. C'est d'ailleurs ce qui est fait chaque année avec le vaccin contre la grippe.

La société Pfizer-BioNTech est en train de concevoir un vaccin adapté au grand nombre de mutations de la protéine Spike du variant Omicron. Celui-ci devrait être disponible courant mars. En attendant, les gestes barrières demeurent d'actualité en cette période de fêtes, même pour les triples vaccinés.