Alpha, Bêta, Delta, tous les variants du coronavirus qui ont émergé après l'élaboration des vaccins anti-Covid échappent plus ou moins aux anticorps neutralisants générés par l'injection. Les études préliminaires indiquent qu'Omicron n'échappe pas à la règle !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Est-on protégé contre la Covid en ayant été infecté ? Une infection au coronavirus induit une réponse immunitaire acquise. Mais pour combien de tempnull

Dans une étude prépubliée sur medRxiv, des scientifiques de l'université d'Oxford ont mis le sérumsérum de personnes vaccinées avec Pfizer ou Astra Zeneca face aux variants du SARS-CoV-2, dont le dernier en date Omicron. Comme cela était redouté, le variant Omicron échappe aux anticorps neutralisants présents dans le sérum des vaccinés, bien plus que les autres variants. Cette étude plutôt modeste puisque réalisée sur seulement 43 sérums et aux résultats variables selon les individus devra être relue par les pairs et confirmée ensuite par d'autres publications.

Voir aussi

Variant Omicron : son génome livre les premières informations

Le variant Omicron semble échapper au pouvoir des vaccins. © famveldman, Adobe Stock
Le variant Omicron semble échapper au pouvoir des vaccins. © famveldman, Adobe Stock

Des anticorps neutralisants démunis face au variant Omicron

Le test de neutralisation a été fait pour le variant Omicron, Delta, BêtaBêta et un variant proche de la source originelle. Les scientifiques ont utilisé le sérum des participants à l'étude Com-Cov - 21 personnes doublement vaccinées avec Pfizer et 22 avec AstraZenecaAstraZeneca. Les sérums ont été collectés 28 jours après la seconde dose.

Parmi les variants testés, Omicron est celui qui échappe le plus au pouvoir neutralisant des anticorps, surtout chez les personnes vaccinées avec AstraZeneca. Chez elles, les anticorps neutralisants efficaces contre Omicron étaient si peu nombreux qu'ils n'ont pas pu être détectés lors des tests. Pour les personnes vaccinées avec Pfizer, le titre moyen en anticorps neutralisants pour le variant Deltavariant Delta est de 558 contre seulement 54 pour le variant Omicron. Cette tendance devra être confirmée par d'autres tests.

La protéine S hyper-mutée du variant Omicron l'éloigne des autres variants phylogénétiquement et de la souche utilisée pour concevoir les vaccinsvaccins. Si le variant Omicron devient majoritaire, les auteurs de l'étude pensent qu'il faudra adapter les vaccins. Ils écrivent : « Si cela devait se produire, il pourrait être nécessaire de produire des vaccins adaptés à Omicron. Cependant, en raison de la distance antigénique d'Omicron, il est peu probable qu'ils offrent une protection contre les souches précédentes. »