Les travaux des chercheurs de l’université de Manchester (Royaume-Uni) pourraient aider à développer des systèmes d’éclairage bénéfiques pour notre santé. © Sasamihajlovic, Adobe Stock

Santé

La lumière bleue aurait aussi de bons côtés

ActualitéClassé sous :Sommeil , lumière bleue , horloge biologique

-

La lumière bleue est aujourd'hui présente partout autour de nous. Et elle est régulièrement accusée de nuire à notre sommeil. Mais des chercheurs suggèrent désormais le contraire. Le soir, un éclairage tamisé, mais froid serait même bénéfique au bon fonctionnement de notre horloge biologique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les étonnantes images de la Terre éclairée par les lumières humaines  Saisies par le satellite Suomi NPP, de la NOAA et de la Nasa, ces images sont les premières depuis 2012 à montrer la planète entière de nuit. Cette vidéo, qui montre la Terre comme si elle n'était jamais éclairée par le Soleil, dessine une carte étonnamment précise des grandes agglomérations du monde. Les zooms montrent l'Europe de l'Ouest, New York, la vallée du Nil… 

Sur les tablettes et les smartphones les plus récents, les fabricants ont installé des dispositifs destinés à limiter notre exposition nocturne à la lumière bleue. Afin de ne plus perturber notre sommeil, pensent-ils. Mais, selon des chercheurs de l'université de Manchester (Royaume-Uni), l'idée pourrait être contreproductive. Et nous faire, finalement, plus de mal que de bien.

Partant de l'idée que la luminosité naturelle du crépuscule apparaît à la fois plus sombre et plus bleue que celle de la journée, ils ont soumis des souris à un éclairage spécialement conçu pour pouvoir en adapter la couleur sans en changer la luminosité. Résultats : la lumière bleue a un impact moindre sur l'horloge biologique des souris que la lumière jaune.

Utiliser de la lumière jaune dans la journée et de la lumière bleue dans la soirée pourrait nous aider à caler notre horloge biologique sur notre rythme de vie. De quoi contribuer à une meilleure santé globale. © olly, Adobe Stock

Un peu de bleu, un peu de jaune

Rappelons que, pour mesurer la luminosité, l'horloge biologique utilise une protéine sensible à la lumière. Or cette mélanopsine est plus sensible aux photons de courtes longueurs d'onde. C'est pourquoi la lumière bleue était accusée de perturber notre sommeil.

Mais notre perception des couleurs dépend des cellules en cône présentes dans notre rétine. Et les travaux des chercheurs de l'université de Manchester montrent que les signaux que la lumière bleue renvoie ainsi impactent moins notre horloge biologique que ceux générés par la lumière blanche ou jaune. Pour caler notre horloge biologique sur nos horaires sociaux -- ce qui serait globalement bénéfique pour notre santé -- mieux vaudrait donc utiliser une lumière blanche ou jaune dans la journée et une lumière bleue en soirée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !