Des chercheurs montrent que l’obésité provoque bien la dépression et identifient les mécanismes moléculaires qui en sont responsables. © pictworks, Fotolia

Santé

Obésité et dépression : le lien est fait !

ActualitéClassé sous :obésité , surpoids , dépression

Les conséquences de l'obésité sur la santé sont nombreuses : hypertension, risque de cancer, etc. Mais aussi tendance à la dépression. Un phénomène surprenant dont les chercheurs pourraient bien enfin avoir compris le mécanisme.

« Lorsque l'on se sent déprimé, on a tendance à manger. Manger des aliments riches en gras nous apporte du réconfort. Pourtant sur le long terme, cela peut avoir l'effet inverse », explique George Baillie, chercheur à l'université de Glasgow (Écosse). Avec son équipe, il vient de mettre au jour le processus qui lie obésité et dépression.

En effet, les chercheurs de l'université de Glasgow ont travaillé sur un modèle de souris pour découvrir que les acides gras saturés ont tendance à pénétrer le cerveau par le sang. Ils s'accumulent ensuite dans les zones qui contrôlent l'humeur. Ainsi, les souris qu'ils ont nourries avec un régime riche en graisses ont présenté un fort afflux en acides gras alimentaires dans la région de l’hypothalamus.

Les patients en surpoids se montrent aujourd’hui résistants aux traitements antidépresseurs. Les travaux des chercheurs de l’université de Glasgow leur redonnent de l’espoir. © TanyaJoy, Fotolia

Sur la piste de nouveaux traitements

Les chercheurs ont également observé une concentration accrue en récepteurs d'acides gras libres 1 (FFAR1) et une perturbation de la voie de signalisation adénosine monophosphate cyclique (AMPc)/protéine kinase A (PKA), protéine soupçonnée justement de jouer un rôle de taille dans l'apparition de la dépression. En revanche, un déficit en enzyme appelée phosphodiestérase 4A (PDE4A) -- une enzyme qui intervient notamment dans la dégradation de l'AMPc -- a joué un rôle protecteur sur les souris.

Ainsi, un régime alimentaire riche en graisses pourrait bien perturber le fonctionnement de l'hypothalamus en activant l'enzyme PDE4A et en supprimant ainsi la voie de signalisation AMPc/PKA. Une découverte qui laisse espérer la mise au point de nouveaux traitements. Car les antidépresseurs classiques se montrent plus longs à agir sur les personnes en surpoids. Plus longs et moins efficaces que sur le patient moyen.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La dépression, symptômes et traitement ?  La dépression est une maladie de plus en plus fréquente, qui ne doit pas être confondue avec des moments de tristesse normaux lors des évènements tristes de la vie. Explications avec Virginie Lacombe, muséographe et chef de projet à la Cité des Sciences et de l’Industrie.