Santé

Un vaccin prometteur contre le paludisme accessible en 2018 ?

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin contre le paludisme , paludisme

Face aux modestes succès des candidats vaccins contre le paludisme, de nouveaux traitements préventifs doivent être testés. Des chercheurs japonais s'y attellent et les premières phases de l'essai clinique qu'ils mènent suggèrent une protection de l'ordre de 40 à 50 %, ainsi qu'une diminution de l'intensité des symptômes.

La vaccination contre le paludisme pose de nombreux problèmes aux chercheurs. Les Japonais arriveront-ils à les contourner d'ici 2018 pour proposer une thérapie préventive efficace ? © Theodore38, StockFreeImages.com

Le paludisme frappe toujours sévèrement l'Afrique et l'Asie. L'OMS estime que plus de 600.000 personnes en meurent chaque année, principalement de jeunes enfants. Les efforts investis ces dernières années ont porté leurs fruits, en faisant reculer l'incidence de la maladie. Mais les prémices de la résistance aux traitements couplés à une diminution des moyens déployés, pourraient anéantir les dernières avancées.

L'une des pistes envisagées de longue date est celle de la vaccination. Un candidat semble avoir un peu d'avance : le vaccin RTS,S des laboratoires GlaxoSmithKline. Offrant une protection de l'ordre de 43,6 % durant la première année après l'injection, des résultats récents ont montré que son efficacité était réduite à néant quatre ans après administration. Le succès est donc vraiment relatif.

Les scientifiques poursuivent leur quête, afin de proposer un vaccin plus efficace. La concurrence pourrait venir du Japon. Les premières phases d'un essai clinique piloté par des chercheurs de l'université d’Osaka confirment la sûreté d'un vaccin nommé BK-SE36, et montrent son effet protecteur sur un effectif réduit. Les investigations vont donc être poursuivies.

Le Plasmodium, en forme de banane, est l'agent responsable du paludisme. C'est un unicellulaire qui commence son développement dans le moustique et qui est transmis à l'Homme lors des piqûres de l'insecte. © Ute Frevert, Wikipédia, cc by 2.5

Des anticorps en plus, des cas de paludisme en moins

Ce produit BK-SE36 se compose de l'antigène 5 (ou Sera5) du Plasmodium, parasite causant le paludisme, mélangé à un gel d'hydroxyde d’aluminium. Déjà testé sur des adultes japonais dans une étude précédente, il s'était révélé être sans danger chez ces individus. Il a désormais été éprouvé auprès d'un panel plus large d'enfants et d'adultes habitant Lira, la troisième plus grosse ville de l'Ouganda, où la parasitose sévit.

La vaccination consistait en deux injections, séparées de 21 jours. Deux doses différentes étaient testées, et un groupe placébo a reçu une solution saline. Une fois encore, les effets indésirables constatés se sont révélés discrets, à l'exception d'un homme se plaignant de fortes douleurs. Les résultats parus dans Plos One montrent que 42 jours après la première piqûre, les taux d'anticorps dirigés contre Sera5 avaient significativement augmenté, surtout chez les volontaires ayant reçu la dose la plus forte. Le produit favorise donc l'immunité contre cette protéine parasitaire.

Lors d'un suivi à plus long terme, 29 des 66 membres du groupe placébo ont déclenché les symptômes du paludisme après avoir été infectés. À titre comparatif, 17 personnes vaccinées sur 66 sont tombées malades, parmi lesquelles 7 sur 33 ayant reçu la forte dose de vaccin. Le BK-SE36 pourrait réduire fortement les risques d'attraper le paludisme.

Un vaccin contre le paludisme disponible en 2018 ?

L'efficacité n'est pas exceptionnelle et demande à être vérifiée à plus grande échelle encore. La durée de protection n'a, quant à elle, pas encore été estimée. Des années de recherche sont indispensables afin de le comparer au vaccin RTS,S.

Mais du côté de Toshihiro Horii, directeur de l'étude, l'optimisme règne. Il table sur une utilisation à grande échelle dans cinq ans, après qu'ils auront mené des essais cliniques sur des enfants entre zéro et cinq ans. Les chercheurs ciblent particulièrement cette population car ils souhaitent réduire la mortalité de la parasitose. Verra-t-on arriver un vaccin efficace contre le paludisme en 2018 ? Le rendez-vous est pris.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi