Santé

Paludisme : vaccin en vue !

ActualitéClassé sous :médecine , paludisme , malaria

Un vaccin expérimental a révélé une efficacité incontestable contre le paludisme, et entamera en 2009 la dernière phase d'essais avant la demande d'homologation.

Moustique anophèle en plein repas. Source Commons

Nommé RTS,S, ce vaccin mis au point par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK), d'abord testé sur des volontaires aux Etats-Unis, a ensuite été administré à titre expérimental à diverses populations africaines.

Une première étude a été conduite en Tanzanie auprès de 340 enfants âgés de moins d'un an. Le but était également de déterminer s'il ne risquait pas de perturber la réponse immunitaire d'autres vaccins administrés simultanément à 8, 12 et 16 semaines de vie. Pour cela, la moitié des enfants ont reçu la série de vaccins habituels et l'antipaludéen en complément, ce dernier étant remplacé par un vaccin contre l'hépatite B dans le second groupe.

Le RTS,S s'est révélé capable de réduire de 65% le nombre d'infections par paludisme, et aucune interaction fâcheuse n'a été constatée, à condition que l'ensemble des vaccins soient administrés en même temps. C'est ce que révèle une étude publiée dans le New England Journal of Medecine.

Des tests d'innocuité prometteurs

« Ce résultat montre qu'il sera possible d'administrer le RTS,S avec les autres vaccins habituels destinés aux enfants, rendant son utilisation plus facile et moins coûteuse dans les zones endémiques, estiment les chercheurs britanniques William Collins et John Barnwell. Il s'agit du premier vaccin possible contre le paludisme qui montre une protection importante dans les études cliniques menées en laboratoire ainsi que sur le terrain ».

Le plasmodium de la malaria. Crédit : Margaret Shear

Une seconde étude effectuée au Kenya sur un groupe de 894 enfants âgés de 5 à 17 mois était destinée à tester l'innocuité et l'efficacité du vaccin en présence d'un adjuvant (ASO1E) censé augmenter sa réponse immunitaire. La moitié des enfants ont reçu le RTS,S tandis que les autres recevaient un vaccin contre la rage. Cette fois, une réduction des atteintes de paludisme de 53 % a été démontrée sur une période moyenne de huit mois, alors qu'une campagne antérieure ne faisait état que d'une baisse de 35 % seulement en présence d'un autre adjuvant (ASO2).

La phase finale (phase III) des essais cliniques est programmée pour l'année prochaine dans sept pays d'Afrique, avant d'introduire une demande d'homologation auprès des autorités sanitaires. « Nous sommes plus près que jamais et de la mise au point d'un vaccin contre le paludisme pour les enfants en Afrique, s'enthousiasme Christain Loucq, directeur de l'O.N.G. Initiative Vaccin contre le Paludisme (MVI). L'histoire a montré que le vaccin est l'outil le plus puissant pour maîtriser et éliminer les maladies infectieuses. Manifestement, le monde a besoin de façon urgente d'un vaccin efficace et sûr pour gagner la guerre contre cette terrible maladie ».

D'où vient le paludisme ?

Le paludisme (du latin paludis, marais), aussi appelé malaria (de l'italien mal'aria, mauvais air) est provoqué par un parasite protozoaire de type Plasmodium transmis par la piqûre de la femelle d'un moustique anophèle. Il frappe majoritairement les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, avec 300 à 500 millions de malades et 1,5 à 2,7 millions de décès par an. 80 % des cas sont enregistrés en Afrique subsaharienne.

Cela vous intéressera aussi