Des chercheurs travaillent au développement de toilettes intelligentes capables de surveiller notre santé en analysant nos urines. © Rawf8, Adobe Stock

Santé

Des toilettes intelligentes pour surveiller notre santé

ActualitéClassé sous :médecine , toilettes intelligentes , analyses d'urine

Dans un monde où les soins reposent sur des données physiologiques collectées souvent à des mois d'intervalle, des chercheurs proposent d'envisager des mesures en continu. De quoi mettre en œuvre des soins hautement personnalisés. Le tout grâce à des toilettes intelligentes.

Un bracelet anti-nausées, une montre qui enregistre notre activité physique ou qui mesure notre niveau d'alcoolémie, un pilulier connecté qui nous rappelle qu'il est l'heure de prendre notre traitement. Pléthores sont aujourd'hui les exemples de technologies portables de plus en plus intelligentes et destinées à surveiller notre santé. Mais selon des chercheurs de l'université du Wisconsin (États-Unis), il en manque une qui pourrait pourtant se révéler d'une redoutable efficacité. Leur objectif : concevoir des toilettes intelligentes capables de tirer parti des informations cachées dans nos urines.

Car une analyse d’urine peut révéler nos habitudes alimentaires ou de sommeil, notre propension à l'activité physique ou à la consommation de médicaments. Elle peut aussi aider à déceler plus de 600 maladies comme le cancer, le diabète ou des maladies du rein. C'est pourquoi les chercheurs se sont demandé si une surveillance étroite des urines d'un individu pourrait fournir des informations utiles  sur sa santé en temps réel.

Ainsi, pendant dix jours, ils ont collecté des échantillons de leurs urines. Ils les ont ensuite soumis à des tests de chromatographie en phase gazeuse et de spectrométrie de masse afin d'obtenir une lecture complète des signatures métaboliques. En parallèle, ils ont enregistré notamment leurs fréquences cardiaques, leur consommation de calories et les phases de leur sommeil.

Sur ce schéma, le principe de fonctionnement de toilettes intelligentes chargées de surveiller notre santé en temps réel. © Dasom (Somi) Hwang, Laboratoire de Joshua Coon, Université du Wisconsin

Concevoir un système simple et bon marché

Les résultats ont été conformes à leurs attentes. Les échantillons collectés ont bien permis de tracer -- avec précision parfois -- les fluctuations quotidiennes de leur santé. Pour aller plus loin, les analyses pourraient montrer comment une personne en particulier métabolise un médicament et établir ainsi si un traitement est sain ou presque dangereux. Et, « si des dizaines de milliers de personnes utilisaient cet outil, il pourrait même constituer un système d'alerte précoce en cas d'épidémie, par exemple », raconte Joshua Coon, spécialiste du métabolisme à l'université du Wisconsin.

Nous sommes convaincus que nous y arriverons.

Dans une prochaine étape, les chercheurs souhaitent mettre au point un spectromètre de masse portable capable de traiter des échantillons d'urine. Et des toilettes susceptibles de les collecter. « Nous sommes convaincus que nous y arriverons. Le véritable défi sera de concevoir des toilettes suffisamment simples et bon marché », précise Joshua Coon.

Aujourd'hui, les spectromètres de masse coûtent en effet plusieurs centaines de milliers d'euros. Mais les chercheurs estiment que pour une version portable, le prix pourrait être divisé par dix. Et qu'avec un marché de masse, il pourrait même atteindre un seuil raisonnable.

  • Nos urines contiennent des informations précieuses au diagnostic de notre état de santé.
  • En intégrant des analyseur à nos toilettes, des chercheurs espèrent surveiller notre santé en temps réel.
  • Reste à concevoir un système suffisamment simple et bon marché pour séduire le public.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Les toilettes, plus propres que votre bureau ?  Une étude américaine a tenté de déterminer si le degré de contamination des bureaux était inférieur à celui des toilettes des entreprises. La réponse est assez déconcertante, comme on le découvre au cours de cette vidéo proposée par Discovery Science.