Les médecins ont constaté que le liquide pouvait passer par un trou du crâne. © Tryfonov, Fotolia

Santé

Étrange : son nez coule, le liquide vient du cerveau

ActualitéClassé sous :médecine , rhume , cerveau

Une patiente américaine de 52 ans, qui souffrait d'écoulements nasaux importants, pensait avoir un mauvais rhume ou des allergies. En fait, suite à un grave accident de voiture, elle perdait du liquide céphalorachidien...

Deux ans et demi après son accident de la circulation, une patiente américaine de 52 ans s'est mise à éternuer, tousser et à avoir le nez qui coule. Quand ces symptômes sont apparus, elle ne s'est pas inquiétée : « Je pensais juste que c'était mes allergies ou un écoulement nasal, comme le début d'un nouveau rhume », a-t-elle expliqué à CNN. Au cours de l'accident, sa tête avait tapé contre le tableau de bord ; elle a souffert de migraines par la suite.

C'est en 2015 que ses écoulements nasaux se sont aggravés. Elle a consulté plusieurs médecins qui ont pensé qu'elle souffrait d'allergies et lui ont prescrit des médicaments pour arrêter ces écoulements. Mais rien n'y faisait, jusqu'à ce qu'elle consulte le centre médical du Nebraska qui a trouvé la cause de ses symptômes : une fuite du liquide céphalorachidien à cause d'un petit trou dans son crâne...

Christie Barnes, la chirurgienne qui s'est occupée de ce cas, a expliqué que la patiente perdait vraiment beaucoup de liquide : « Elle se réveillait le matin après s'être endormie sur une chaise et tout le devant de sa chemise était mouillé de liquide ». D'après la patiente, elle perdait de l'ordre d'un demi-litre de liquide par jour. Une assistante médicale a compris que l'écoulement avait quelque chose d'inhabituel pour un écoulement nasal et le liquide a été analysé.

Le liquide céphalorachidien passait par un petit trou du crâne

Le liquide céphalorachidien est produit en continu et, normalement, il retourne dans la circulation sanguine en passant par des excroissances appelées « villosités arachnoïdiennes ». D'après CNN, les fuites de liquide céphalorachidien sont rares et représentent environ un cas pour 100.000 personnes. Elles sont souvent liées à un traumatisme crânien ou à une chirurgie. Ici, la fuite de liquide a probablement été provoquée par l'accident de voiture, créant un trou, qui se serait ensuite élargi au fil du temps.

La péridurale consiste à injecter un anesthésiant dans l’espace contenant le liquide céphalorachidien. © oceandigital, Fotolia

Les pertes de liquide céphalorachidien peuvent avoir de graves conséquences et favoriser des infections comme des méningites. Dans le cas présent, la patiente a été traitée par chirurgie : les médecins ont bouché le trou avec des tissus venant de l'abdomen et du nez. Un mois après l'intervention, la patiente a pu rentrer chez elle et son nez ne coulait plus. En revanche, ses migraines n'ont pas disparu.

L'histoire de cette patiente pourra peut-être servir à d'autres personnes dans le même cas ; elle explique que si vous avez l'impression que les aliments sont très salés et que « quelque chose coule à l'arrière de la gorge, c'est probablement autre chose que des allergies ».

  • Une patiente de 52 ans perdait un demi-litre de liquide par le nez, deux ans après un accident de voiture.
  • Il s’agissait de liquide céphalorachidien qui passait par un trou dans le crâne, probablement créé par l’accident.
  • Les médecins ont rebouché le trou avec succès.
Cela vous intéressera aussi