Google X Lab avait présenté en janvier dernier un prototype de lentille comportant un capteur réagissant au glucose entre deux couches portant des électrodes. Ce dispositif est capable de mesurer la concentration de ce sucre dans le liquide lacrymal (les larmes), ou de détecter un seuil. Il permettrait à des diabétiques d'éviter les contrôles sanguins pluriquotidiens. Un modèle fonctionnel reste à mettre au point. © Google

Santé

En bref : des lentilles de Google pourraient mesurer la glycémie

ActualitéClassé sous :médecine , technologie , lentille de contact

Mesurer la glycémie chez une personne diabétique ou corriger la presbytie : ce sont les deux applications potentielles de futures lentilles de contact qui résulteraient d'un accord entre une filiale du groupe pharmaceutique suisse Novartis et Google, qui avait déjà présenté un prototype de ce genre.

Cet accord entre Alcon, la filiale de Novartis, et Google pourrait transformer les soins oculaires, a précisé le groupe suisse dans un communiqué. Il doit permettre d'associer les avancées technologiques de Google dans la miniaturisation de l'électronique à l'expertise de Novartis dans la pharmacie et les appareils médicaux. Google X Lab avait en effet présenté cette année des lentilles mesurant la glycémie (le taux de glucose dans le sang).

Joseph Jimenez, directeur général de Novartis, cité dans le communiqué, a souligné que cet accord constituait un pas important pour appréhender les maladies en allant au-delà des confins de la médecine traditionnelle« Notre rêve est d'utiliser la dernière technologie dans la miniaturisation de l'électronique pour aider à améliorer la vie de millions de gens », a indiqué Sergey Brin, un des cofondateurs de Google, dans le communiqué.

L'intérêt de Novartis pour cette technologie se concentre pour l'instant sur deux segments, a précisé le groupe bâlois. Elle pourrait aider les patients diabétiques à gérer leur maladie en permettant de suivre continuellement la glycémie par le biais d'une lentille de contact. De minuscules capteurs intégrés la mesureraient dans le liquide lacrymal de l'œil et l'information serait transmise à un appareil médical par une connexion sans fil. La seconde application pourrait s'adresser aux personnes atteintes de presbytie qui ne peuvent plus lire sans lunettes. La transaction entre Google et Alcon doit cependant encore être avalisées par les autorités de la concurrence.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi